Icon Sport

6 Nations - Safi N’Diaye: "Faire aussi bien que l’année dernière voire mieux si on peut"

Pour les Bleues, "il y a de la revanche dans l'air"

Le 03/02/2016 à 18:08

FRANCE FEMININES - Deuxième de l’édition 2015, battue au goal-average général par l’Irlande, l’équipe de France féminine débute son Tournoi des 6 nations 2016 samedi (21h) à Bourg-en-Bresse contre l’Italie. Avant cette première rencontre, nous avons évoqué avec la troisième ligne centre Safi N’Diaye différents thèmes liés à l’actualité des Bleues.

  • Un calendrier allégé entre les Tournois 2015 et 2016

Entre leur victoire en Angleterre lors du Tournoi 2015 (15-21) le 21 mars et leur premier match contre l’Italie samedi à Bourg-en-Bresse, les Bleues n’ont disputé qu’une seule rencontre, remportée face aux Anglaises (11-0), le 7 novembre à Martigues. Un match de préparation qui faisait suite à un rassemblement de cinq jours. "Les entraîneurs ont concentré les charges d’entraînement pour optimiser un maximum le temps. On s’est concentrées sur le travail. D’habitude c’est vrai qu’on a deux matchs sur la tournée d’automne et une préparation en été. Ça va être remis en place", explique Safi N’Diaye.

Safi N'Diaye - 2015

Safi N'Diaye - 2015AFP

Après la Coupe du monde 2014 en effet, des changements sont intervenus avec un nouveau staff qui est arrivé avec Jean-Michel Gonzalez et Philippe Laurent comme entraîneurs. En priorité, il a fallu apprendre à se connaître, créer un nouveau groupe avec de nouvelles joueuses, et préparer le Tournoi 2015. "On n’a eu qu’un match mais on a vu beaucoup de joueuses, on a un projet de jeu qui est pratiquement prêt", relativise la troisième ligne montpelliéraine. Les Bleues se sont aussi retrouvées trois jours à Lille pour un stage de préparation au Tournoi 2016 du 7 au 10 janvier.

  • Les Bleues deuxièmes mondiales

Sur le modèle de ce qui existe chez les hommes, mais avec ses spécificités, World Rugby a publié il y a quelques jours son premier classement mondial chez les féminines. Les Françaises occupent le deuxième rang derrière les Néo-Zélandaises. Elles devancent les Anglaises et les Irlandaises. Les Italiennes sont huitièmes. Les résultats des Bleues sont reconnus par l’instance qui gère le rugby mondial.

  • Un plaisir à chaque fois de retrouver le groupe France

Avec leur passé en commun et les affinités qu’elles ont su créer au fil des préparations et des rencontres internationales, les Bleues éprouvent du plaisir à se retrouvent avant le Tournoi. "C’est toujours un énorme plaisir. On attend tout le temps le Tournoi avec impatience, de se retrouver, de préparer et de jouer des matchs internationaux", confirme Safi N’Diaye.

Safi N'Diaye - 2015

Safi N'Diaye - 2015Icon Sport

  • Un groupe jeune avec quelques joueuses expérimentées

Par rapport au groupe élargi contre l’Angleterre en novembre, on note quatre entrées dans celui des 23 qui va affronter l’Italie samedi. Il s’agit d’Arkya Aït Labib (Rennes), Laure Delas (Tarbes), Camille Imart et Laure Sansus (Stade toulousain). "C’est un groupe qui est très jeune mais il y a un bon mélange avec les anciennes, avec aussi des filles qui ont un an de plus cette année. Ça fait un groupe très homogène", commente Safi N’Diaye.

  • Les objectifs dans le Tournoi: déjà l’Italie

"Notre premier objectif est déjà l’Italie. Il faut débuter ce Tournoi de manière positive parce qu’on sait que le premier match conditionne le reste de la compétition. Les objectifs ensuite, on les verra au fur et à mesure du Tournoi. L’année dernière, on avait pu jouer sur l’effet de surprise, ce ne sera pas le cas cette année. Les équipes vont nous attendre de pied ferme. Ça va être un Tournoi difficile, engagé et très intéressant", estime Safi N’Diaye.

Safi N'Diaye - 2015

Safi N'Diaye - 2015Icon Sport

Quand on lui glisse plus loin dans la conversation que l’objectif est de faire au moins aussi bien qu’en 2015, où la France a terminé deuxième, la troisième ligne casquée des Bleues confirme: "Faire aussi que l’année dernière, bien sûr… voire mieux si on peut". Au niveau du jeu, l’équipe de France féminines "va s’attacher d’abord à avoir une bonne conquête, avec une très bonne mêlée et une bonne touche, et après en fonction du style de jeu de l’adversaire, on va alterner notre jeu. On va s’appuyer sur les déplacements, la vitesse et l’engagement", détaille Safi N’Diaye.

  • De la revanche dans l’air face aux Italiennes

Safi N’Diaye n’oublie pas que c’est la défaite en Italie (17-12), en mars 2015, qui a privé les Bleues du gain du Tournoi et du Grand Chelem malgré la victoire contre l’Irlande, le vainqueur de cette édition au goal-average. "Bien sûr qu’il y a une revanche dans l’air contre les Italiennes", ne cache pas la troisième ligne tricolore. Je pense qu’on n’avait pas mis les bons ingrédients l’année dernière. La joueuse de Montpellier s’attend à une rencontre compliquée samedi. "Je m’attends à un match très âpre. Les Italiennes sont solides devant. Elles ont de l’expérience. On les connaît bien, certaines jouent en France. Ça va être un match très intense".

  • Un Tournoi 2016 qui sert aussi à préparer la Coupe du monde 2017

Depuis sa prise de fonctions à l’automne 2014, le staff tricolore a procédé à une large revue d’effectif, avec l’incorporation de nouvelles et jeunes joueuses et d’autres qui ont aussi les capacités de jouer à VII et à XV. Si pour le VII, la grosse échéance de cette année sont les Jeux Olympiques de Rio, à XV le Tournoi des 6 nations est le rendez-vous de 2016. Mais il s’inscrit aussi dans la préparation du Mondial 2017 en Irlande qui se rapproche. Une échéance clairement dans un coin de la tête des Bleues. "Ça va être la dernière année, je pense, où il y aura du turnover dans le groupe. Une Coupe du monde ne se prépare pas en un mois", rappelle Safi N’Diaye.

0
0