Jonny WILKINSON Fabien GALTHIE - france angleterre - 15 novembre 2003 - Icon Sport
 
6 Nations

Tournoi des 6 nations 2014 - Le "Crunch", une guerre de plus de 100 ans

Le "Crunch", une guerre de plus de 100 ans

Par Fabien Pomiès
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 01/02/2014 à 10:59 -
Par Fabien Pomiès - Le 01/02/2014 à 10:59
Ce samedi, Français et Anglais vont croiser le fer pour la 98e fois dans le "Crunch". Retour sur ces rencontres entre les meilleurs ennemis.
 

Un choc annuel toujours serré, souvent épique: le "Crunch", surnom intraduisible des matches opposant la France à l'Angleterre dans le Tournoi des six nations, se tient ce samedi au Stade de France, plus de 100 ans après leur première rencontre en 1906. A l'époque, elle tourne court pour les Bleus, sèchement battus 35 à 8 par ceux qui aiment à rappeler qu'ils ont codifié au XIXe siècle les règles d'un jeu auquel les Français ne sont qu'invités. "Je suis étonné que les Français jouent si bien à un jeu si compliqué", avait ironisé Rowland Hill, secrétaire de la Fédération anglaise.

Il faut attendre plus de 20 ans pour que le XV de France s'impose face à l'Angleterre, le 2 avril 1927 à Colombes, dans une victoire sur le fil (3-0). "Enfin, j'ai vu le dompteur dévoré", savoure à l'époque le capitaine, Adolphe Jauréguy. En 1931, victorieux pour la deuxième fois de leur histoire (14-13), les Bleus sont exclus du Tournoi pour violences. Suivront seize longues années de pénitence et d'isolement international pour l'équipe de France, avant son retour dans la compétition en 1947.

L'heure de la revanche sonne le 24 février 1951. Pour la première fois, l'équipe de France triomphe à Twickenham, 11 à 3. Dans les années 60 et 70, la rivalité va croissant entre les deux équipes, au coude-à-coude avec 10 victoires chacune pendant cette période. Le célèbre "Crunch" de 1977 se déroule dans un climat houleux à Twickenham, aiguisé par la hargne de la presse anglaise qui exige une victoire de son équipe, battue lors des deux tournois précédents. Accueilli par des crachats, le XV de France l'emporte de justesse, grâce à un essai de François Sangalli mais surtout à la maladresse du buteur anglais, Alastair Hignell, qui rate cinq pénalités sur six !

Le cauchemar de 1992

C'est l'année de l'exploit pour l'équipe de France et son capitaine Jacques Fouroux avec ce deuxième Grand Chelem (après celui de 1968), remporté avec les 15 mêmes joueurs et sans prendre un essai. Crépusculaire dans les années 80, le XV de la Rose renaît au début des années 90 et les "Crunches" reprennent de la saveur à l'image de celui de 1991, marqué par "l'essai du siècle" de Philippe Saint-André au terme de 100 mètres de cavalcade. Ou celui de 1992, cauchemardesque pour les Bleus et ponctué des exclusions du pilier Grégoire Lascubé et du talonneur Vincent Moscato.

Pour leur première au Stade de France, en ouverture du Tournoi-1998, les Bleus l'emportent 24-17. L'année précédente, ils avaient écrit une page de leur histoire en renversant le XV de la Rose à Twickenham (23-20) après avoir été menés 20-6 à la pause. Depuis le passage à six nations en 2000, l'avantage est à l'Angleterre, avec 9 victoires contre 5 pour la France. Et au bilan général, sur 83 Crunches, le XV de la Rose l'a emporté 46 fois contre 37 victoires aux Bleus.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×