AFP

Tournoi des 6 nations 2014 - Ecosse-France (17-19) - L'énorme hold-up des Bleus

L'énorme hold-up des Bleus

Mis à jourLe 08/03/2014 à 20:45

Publiéle 08/03/2014 à 19:46

Mis à jourLe 08/03/2014 à 20:45

Publiéle 08/03/2014 à 19:46

Article de Fabien Pomiès
Dans cet article

Méconnaissable dans le jeu et en conquête directe, la France a bénéficié d'une chance incroyable pour gagner en Ecosse (17-19). Avant l'Irlande, ça fait peur.

Deux erreurs défensives fatales

Ce furent surtout deux erreurs qui mirent les Bleus dans le rouge pendant l’ensemble de ce match. Après deux pénalités de Machenaud (3e, 11e) illustrant les bonnes intentions françaises et une défense solide, c’est d’abord un télescopage dans les airs entre Brice Dulin et Yoann Huget, après une chandelle de l'arrière écossais Stuart Hogg, qui permit à ce même Hogg de récupérer un ballon traînant dans l’en but français pour inscrire le premier essai des siens (7-6, 14e).

Scotland's Stuart Hogg (2nd L) passes as he is tackled by France's Mathieu Bastareaud and Jules Plisson (L) during their six nations rugby union match at Murrayfield Stadium (Reuters)
Scotland's Stuart Hogg (2nd L) passes as he is tackled by France's Mathieu Bastareaud and Jules Plisson (L) during their six nations rugby union match at Murrayfield Stadium (Reuters) - Reuters

Le second, lui, fut le fruit d’une bonne alternance des Ecossais, qui profitèrent d’une défense bleue désordonnée pour permettre à l’ailier Tommy Seymour, sur un retour intérieur de son demi d’ouverture, de filer à dame (22e). Suffisant pour que les hommes du XV du Chardon rentrent aux vestiaires avec l’avantage (14-9) face à des Français également en difficulté en conquête, et surtout en touche, où les lancers pas droits se multiplièrent de façon inquiétante à Edimbourg.

Incapables de trouver la solution en attaque

Pis, face à une équipe d’Ecosse pourtant assez faible, les Bleus n’ont pas su trouver la faille pour prendre nettement l’avantage. Et c’est bien le plus inquiétant ! En première période, seule une relance amorcée par Dulin, forcément - qui amena une pénalité pour Machenaud - est à retenir en attaque. Les autres points de ce premier acte furent marqués grâce à l’indiscipline écossaise dans les regroupements.

Face aux hommes de Scott Johnson, dominateurs territorialement, c’est finalement sur une très bonne anticipation de Yoann Huget, auteur d’une interception et d’une fantastique course de 80 mètres, que les Français revinrent dans le match après la pause (14-16, 47e). Mais leurs inquiétudes perdurèrent jusqu’à la 79e minute. Car ils eurent parfois peur de jouer après une longue pénalité réussie par Weir (64e). Avant que Jean-Marc Doussain, tout juste rentré dans les dernières minutes, ne dynamise l’attaque française dans une dernière action qu’il conclut lui-même d’une pénalité décisive. Certes, cette victoire leur permet de rester en course pour la victoire du Tournoi. Mais elle ne leur laisse pas moins de doutes.

0 commentaire
Vous lisez :