Jules Plisson - entrainement XV de France - 30 janvier 2014 - Icon Sport
 
Article
commentaires
6 Nations

Tournoi des 6 nations 2014, Crunch, France-Angleterre - Jules Plisson, les vertus du novice

Plisson, les vertus du novice

Par Fabien Pomiès
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 31/01/2014 à 09:35 -
Par Fabien Pomiès - Le 31/01/2014 à 09:35
Prévu initialement comme doublure de Rémi Tales chez les ouvreurs, le Parisien Jules Plisson va faire ses débuts internationaux contre les Anglais. Fulgurant.

Pour mener le XV de France sous pression en ouverture du Tournoi samedi face à l'Angleterre, l'encadrement a fait avec Jules Plisson le choix d'une jeunesse confiante et décontractée. "Ce que je fais en club, je ne vois pas pourquoi je ne le ferais pas en sélection", confiait le joueur du Stade français le 8 janvier, deux jours après sa convocation dans la liste des 30.

A l'époque, le novice Plisson (22 ans) apparaissait comme une doublure de Rémi Tales, qui venait de débuter avec le N.10 les quatre dernières rencontres du XV de France. Après la blessure du Castrais, il se retrouve propulsé titulaire face à l'Angleterre dans un match que joueurs et encadrement des Bleus définissent comme celui qui va décider de l'année 2014. "Une évidence", selon le manager Philippe Saint-André qui aurait pu lui préférer l'expérience de François Trinh-Duc (27 ans, 48 sélections). "Il a des facilités techniques, il joue la tête haute, il regarde en permanence, il est à l'aise techniquement à la main et au pied". En plus, cette nouvelle tête -une gueule d'ange avec sa tignasse blonde et ses yeux bleus- ne traîne pas le poids des huit défaites, deux victoires et un nul des Bleus en 2013.

Attaquant de nature

"Jules, c'est quelqu'un de très posé. Il sait gérer la pression, ça s'est vu avec le Stade français, je pense que ce sera pareil sur le Tournoi", confie son partenaire de club et de sélection, Alexandre Flanquart. "Julio stressé ? C'est pas son genre", sourit Mathieu Bastareaud qui l'a côtoyé au Stade français avant de rejoindre Toulon. "C'est un joueur qui a une énorme fraîcheur, il ne se pose pas 10.000 questions", confirme son entraîneur à Paris, Gonzalo Quesada. Et dans un XV de France frappé de stérilité en 2013 (13 essais en 11 matches), "c'est un attaquant de nature", souligne l'Argentin.

Aguerri au Top 14 lors des deux dernières saisons compliquées du Stade français, le joueur n'a pas perdu le culot de ses débuts. Il y a même ajouté de nouvelles qualités qui lui ont permis de résister à la concurrence de Morné Steyn, un des meilleurs ouvreurs au monde (54 sélections avec l'Afrique du Sud) arrivé à Paris à l'intersaison. "J'ai pris conscience que si je voulais exister, il fallait travailler et me remettre en question quotidiennement. Je suis plus mature dans mon jeu, explique le joueur (1,84 m, 92 kg). Quand je rentre sur un terrain, je sais ce que je dois faire, comment mener l'équipe".

Quesada: "Je crois qu'il est prêt"

"Il progresse beaucoup dans deux secteurs-clé", ajoute Quesada, lui-même ancien ouvreur de l'Argentine (38 sélections) et ancien membre de l'encadrement du XV de France (2008-2011). "Sa défense d'abord: il défend bien dans sa zone, il ne subit pas. L'an dernier, parfois, on le 'cachait' (en défense), ça ne l'aidait pas à se mettre en confiance. Il s'est beaucoup amélioré [...] Et puis il y a sa capacité à lire le jeu, à s'approprier un système et à faire jouer 14 joueurs autour de lui tout en sachant quand accélérer, quand utiliser du jeu au pied ou autour des rucks... Il a une longueur dans sa frappe de dégagement vraiment intéressante".

"Même s'il n'a pas toutes les qualités du ultra haut niveau, je crois qu'il est prêt", poursuit Quesada. "Le niveau de vitesse d'exécution, surtout au pied, va être plus élevé, prévient Saint-André. On lui en a parlé". Ce grand "classique" du rugby européen ne sera pas anodin pour cet admirateur de Jonny Wilkinson. Il retrouvera face à lui Owen Farrell, qui compte déjà 19 sélections avec le XV de la Rose au même âge que lui. "On a perdu contre eux chez les moins de 20 ans, glissait Plisson la semaine dernière. Il y aura un petite revanche à prendre."

 
 

commentaires


  • Gerard Trolliet01/02/2014 20:29

    je crois que le match de Plisson clos tous les "bla bla" et réflexions "hautement philosophiques et stratégiques" que l'on pouvait lire depuis une journée . Bravo JP

  • Utilisateur60000000859626101/02/2014 12:03

    À tous ceux qui critique, rendez-vous ce soir. Maintenant je suis impatient de lire les commentaires en cas de victoire du XV de France. Moi en tout cas, je suis à fond derrière eux et je ne souhaite pas l'échec à PSA. Allez les bleus.

  • maelstrom01/02/2014 08:02

    @emilenium31 il n'a quasiment pas joue l'amlin mais plutôt le top 14...