Conquête - Ecosse-France - 8 mars 2014 - AFP
 
Article
commentaires
6 Nations

Tournoi 6 nations, statistiques - Ecosse-France (17-19) - La conquête, quelle catastrophe !

La conquête, quelle catastrophe !

Par Fabien Pomiès
Dernière mise à jour Le 08/03/2014 à 21:21 -
Par Fabien Pomiès - Le 08/03/2014 à 21:21
8 touches perdues, 50% d'efficacité en mêlée... les Bleus ont été catastrophiques en conquête directe à Murraylfied. Les statistiques sont sans appel.

42.9%. Ni plus, ni moins. Brice Mach et Guilhem Guirado ont cruellement manqué de précision ce samedi sur la pelouse de Murrayfield. Au total, les talonneurs français ont loupé huit lancers sur quatorze. Et que dire de la mêlée ? Les Bleus atteignent tout juste 50% de réussite dans ce secteur autrefois fonds de commerce du XV de France. Un échec cuisant dans ces deux secteurs clés qui a logiquement transpiré dans le jeu courant. Les Bleus ont été largement dominés par des Ecossais qui ont mené la danse : 58% d'occupation et de possession en faveur des joueurs de Scott Johnson. Surpassés, les coéquipiers de Pascal Papé ont même parfois donné l'impression de perdre leurs moyens, bafouillant leur rugby. En quatre-vingt minutes, ils ont laissé tomber de nombreuses munitions et rendus pas moins de douze ballons à l'adversaire.

Et pourtant, la victoire est là. Les Bleus la doivent à un point fort : leur discipline. L'intransigeance de Philippe Saint-André a porté ses fruits et les Bleus ont su tirer les leçons de leurs échecs passés. Ce samedi, ils n'ont concédé que cinq pénalités quand l'Ecosse en offrait huit de plus. Et finalement, les hommes de Philippe Saint-André ont su faire la différence grâce à la réussite de leurs buteurs. Sans trembler, Maxime Machenaud a passé onze points au pied. Jean-Marc Doussain, quant à lui, a été l'auteur de la pénalité de la gagne, à une minute du coup de sifflet final. Les Bleus ont pu compter sur ces 83% de réussite au pied, rien d'autre.

Une victoire qui aurait de quoi motiver le XV de France avant la réception de l'Irlande la semaine prochaine au Stade de France. Il n'en sera rien, bien au contraire. La copie rendue ne convainc pas et les Français devront impérativement trouver une solution s'ils veulent faire le poids face aux grands favoris du Tournoi. Ce samedi face aux Italiens, le XV du Trèfle a brillé. En touche: douze lancers gagnés, un seul perdu. En mêlée: 100% de réussite, les Irlandais ont remporté huit mêlées sur huit. Ça calme...

Statistiques - Ecosse-France - 8 mars 2014
 
 

commentaires


  • zonilenis09/03/2014 18:39

    hein??? Il ne me semble pas avoir critiqué les joueurs mais PSA qui essaye toutes les charnière possibles et inimaginables. Regardons les autres équipes qui, elles, jouent toutes dans une certaines continuité ce qui leurs permet de produire du jeu... Je n'ai jamais encensé un joueur à la suite d'un seul bon match tout comme je n'ai jamais enfoncé un joueur à la suite d'un mauvais match. De plus, j'ai parlé des 3/4 et, jusqu'à preuve du contraire, ils ne lancent pas en touche et ne poussent pas en mélé, donc pourquoi aborder ce sujet pour critiquer mon commentaire??? Je ne vous souhaite pas d'être entouré de gens comme vous qui ne comprennent rien à ce qu'on leur raconte et qui mettent des mots dans votre bouche que vous n'avez jamais prononcés...

  • aiden6309/03/2014 15:50

    pas d accord du tout !

  • ptitmayo6309/03/2014 14:57

    Les stats en touche sont de notre faute mais en mêlée en revanche Mr Pollock est responsable. Domingo a fait très mal au 3 écossais qui n'a que peu été pénalisé. Surtout Mr Pollock est un tortionnaire de piliers. 5 secondes entre chaque commandement, je ne sais pas si il se rend compte de ce que les genoux des 1ère lignes ramassent comme pression dans cette position. Et je ne parle pas des mêlées refaites car il ne sait pas arbitrer cette phase de jeu. Si on ajoute une pénalité inexistante contre Lapandry en 1ère mi-temps, un deuxième essai écossais entaché d'un écran sur Plisson, un manque flagrant de communication avec les joueurs et des coups de sifflets très tardifs (franchement siffler un lancer pas droit 10 secondes après le lancer c'est abusé). Mr Pollock s'est mis au niveau des 2 équipes hier, il a été nul.