Julien Malzieu Clermont France - Icon Sport
 
Article
commentaires
6 Nations

France-Angleterre: Malzieu: "Les Anglais ont cette petite pointe d'arrogance qui nous énerve"

Malzieu: "Les Anglais ont cette petite pointe d'arrogance qui nous énerve"

Par Clément Mazella
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 31/01/2014 à 17:08 -
Par Clément Mazella - Le 31/01/2014 à 17:08
Au-delà de l'historique rivalité, France-Angleterre est-il toujours le sommet du Tournoi ? Éléments de réponse avec les internationaux clermontois Julien Bonnaire et Julien Malzieu, 15 crunchs à eux deux.

Du côté de Cardiff, on peut se réjouir. Double tenants du titre dans le Tournoi, les Gallois seraient presque incognito. France-Angleterre éclipse tout le reste. Ce fameux crunch dont on ressasse chaque année les rugueux épisodes du passé, pour entretenir une légende que les dernières confrontations n'alimentent plus beaucoup. "C'est vrai que rugbystiquement parlant, on a un peu de mal avec eux, résume poliment l'ailier Julien Malzieu. La plupart des rugbymen français ne portent pas les Anglais dans leur cœur, et inversement. lls ont cette petite pointe d'arrogance qui nous énerve, et le public a aussi envie de déplacer cette rivalité dans les tribunes et dans les bistrots. Après, c'est un business comme un autre de parler de ce fameux Crunch, ça fait beaucoup écrire, ça met un peu de piment sur cette rencontre". "Il y a toujours eu cette rivalité, mais je ne sais pas vraiment de quoi ça vient, concède le troisième ligne Julien Bonnaire. Peut être parce qu'ils n'ont pas la même mentalité que les autres nations du Tournoi, ou c'est resté des années antérieures".

De la deuxième moitié des années 80 au milieu des années 2000, le duo franco-anglais régnait quasiment sans partage sur l'Europe. "Je me rappelle que quand je regardais le Tournoi des 5 nations plus jeune, ça se jouait souvent entre les deux, se souvient Malzieu. C'était un peu la finale du Tournoi". Un sommet souvent. Viril la plupart du temps. En 75 sélections, Julien Bonnaire a croisé douze fois les Anglais. "Ce sont toujours des matchs durs physiquement, notamment pour les avants. On ressortait toujours mâchés de ces matches-là. Je me rappelle d'une fois (en 2005, son premier France-Angleterre) où on n'avait pas fait un grand match mais on avait gagné d'un point chez eux (18-17). Cela avait été une guerre de tranchées tout le match". "J'ai eu la chance d'en jouer quelques uns, et c'est vrai qu'au niveau du combat, de l'engagement, de la férocité et de l'agressivité, c'est peut être un ton au-dessus, témoigne Malzieu. Mais aujourd'hui les autres nations se sont vraiment rapprochées".

" Cela fait toujours plaisir de battre les Anglais"

Les grands Wilkinson, Dallaglio ou Johnson ont quitté l'équipe. Et "peut-être qu'aujourd'hui ils ont du mal à retrouver des mecs de ce calibre et de cette envergure, explique Malzieu. Ils sont un peu à l'instar de la France, avec une nouvelle génération qui a besoin de temps de jeu pour trouver des repères". Et pendant que l'Angleterre et la France se cherchaient, le pays de Galles a pris l'intervalle. Grand Chelem en 2012, victoire l'an dernier. Et pourrait bien remettre ça cet hiver selon Malzieu. "C'est le plus gros morceau. Il me font une grosse impression, avec de jeunes joueurs derrière très talentueux. Ils ont trouvé des perles rares qui arrivent à débloquer les situations, donc je pense que les Gallois seront les plus dangereux sur ce Tournoi".

"Je ne sais pas si les Gallois sont aussi forts que les années précédentes, tempère Bonnaire. On ne les a pas trop vus en Coupe d'Europe, mais ça ne veut pas dire grand chose. Il faudra se méfier de toutes les équipes, on l'avait vu face à l'Italie... Le pays de Galles fait plus vivre le ballon que les Anglais, qui ont toujours eu ce jeu basé sur les avants. D'abord pilonner pour libérer ensuite les espaces. Mais ils ont fait évoluer un peu leur jeu, ils sont capables de déplacer le ballon et ils sont peut-être plus imprévisibles qu'avant". Ce qui ne changera jamais, c'est la saveur de la victoire face aux Anglais. Et pour Julien Bonnaire, cette année, il est indispensable d'en retrouver le goût. "Parce que ça fait toujours plaisir de les battre, et par rapport à l'année dernière, c'est important de commencer par une victoire pour prendre confiance".

Julien BONNAIRE France Angleterre 6 Nations 2010
Julien BONNAIRE France Angleterre 6 Nations 2010 - Icon Sport

 
 

commentaires


  • padridedoc01/02/2014 20:31

    Suite au match, l'arrogance anglaise ils l'ont profondément dedans

  • lionel vigier6801/02/2014 15:04

    ok, vu son age, on dira que c'est une faute de jeunesse ! héhé

  • treizeur01/02/2014 15:01

    En même temps les Australiens sont descendants d'anciens taulards et repris de justice anglais ==> pas étonnant qu'ils s'adorent pas.