Louis PICAMOLES - france ecosse - 26 fevrier 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
6 Nations

Tournoi des 6 nations 2013, France-Ecosse: Eviter l'humiliation

Eviter l'humiliation

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 16/03/2013 à 19:31 -
Par Midi Olympique - Le 16/03/2013 à 19:31
Avec toujours aucune victoire au compteur, le XV de France se retrouve dos au mur. Un nouveau revers contre l'Ecosse serait synonyme de grosse désillusion.

Français et Écossais se retrouvent pour le match de baisser de rideau de ce Tournoi des 6 nations 2013 qui aura été riche en surprises, bonnes ou mauvaises. Deux équipes ont notamment beaucoup étonné. La France, que l’on avait laissé rayonnante en novembre et pleine de confiance est passée complètement à côté de son Tournoi. Derniers provisoires avec seulement un match nul pour trois défaites, les Français vont tout faire pour se racheter devant leur public. A l’inverse, l’Écosse a surpris le monde du rugby. Grâce à une jeune génération prometteuse, les Écossais ont enchaîné deux succès consécutifs, contre l'Italie et l'Irlande, avant de s'incliner en Angleterre et contre le pays de Galles à domicile.

Icon Sport

Si la France a réussi à éviter de faire de ce match celui de la cuillère de bois, le XV de France n'a toujours pas remporté la moindre victoire. Le match nul en Irlande a évité une crise probable, mais n’a pas résolu les problèmes. Hormis une mêlée souveraine, le jeu des Bleus interroge. En manque d’inspiration, les attaquants français s’en remettent souvent à des individualités pour faire la différence (Fofana, Bastareaud, Picamoles …). Hélas, cela ne suffit pas et la France est en panne d’efficacité offensive: avec seulement 50 points inscrits depuis le début du Tournoi, les Bleus tournent à une moyenne de 12 points par match. Toute la France espère assister au réveil de ses joueurs samedi et voir les Bleus pratiquer un jeu résolument tourné vers l’offensive.

De leur coté, les Écossais réussissent un Tournoi très correct. Peu attendus cette année, ils sont pourtant classés troisièmes provisoires avec deux victoires au compteur. N’ayant plus rien à jouer, les coéquipiers de Johnnie Beattie vont tout de même essayer de faire aussi bien que lors de l’édition de 2006, où ils avaient gagné trois matchs dans la compétition, battant notamment les Français à Murrayfield. C’est d’ailleurs la dernière fois que les Écossais ont battu les Français. Sean Lamont avait inscrit un doublé ce jour-là. Kellock et Hall étaient aussi de la partie. En s’appuyant sur l’expérience de ces joueurs et le talent de leur jeune génération, le XV du Chardon cherchera à rééditer l’exploit de 2006 pour confirmer leur bon Tournoi.

ILS ONT DIT

Icon Sport

Malgré la mauvaise forme des Bleus depuis le début de la compétition, le sélectionneur écossais, Scott Johnson, reste méfiant:" Nous avons fait des progrès dans ce Tournoi et ce serait idéal, pour bonifier l’ensemble, de réaliser une performance à Paris. Nous devons respecter les fondamentaux. Nous devons gagner la zone de contact, être disciplinés et sortir de bons ballons pour nos arrières. Nous voulons aussi finir la compétition sur une bonne note. Le classement de la France ne veut pas dire grand-chose. Nous savons qu’ils sont blessés en ce moment et nous attendons d'eux qu’ils fassent un match tout feu tout flamme samedi". De son côté, l'arrière du XV de France, Yoann Huget est revenu sur l'évolution du jeu écossais et sur la possibilité que la rencontre se dispute avec de mauvaises conditions climatiques: "L’Écosse est une équipe qui s'adapte aux différentes conditions climatiques, comme la France. Ils sont certainement moins libres dans leur jeu depuis quelques années, mais sont beaucoup plus structurés et ont des joueurs plus solides. Nous allons essayer d'avoir une emprise sur le jeu et lutter contre les Ecossais du mieux que nous le pouvons, dès que possible, pour nous donner la meilleure chance de gagner".

LA STAT: 14

Cela fait 14 ans que l’Écosse ne s’est plus imposée en France. Leur dernière victoire remonte à une rencontre du Tournoi des 6 nations en 1999. Ce jour-là, le XV du Chardon s'était imposé à Paris sur le score de 22-36, inscrivant cinq essais sur la pelouse du Stade de France.

LES EQUIPES

Icon Sport

Les Ecossais n’ont opéré que deux changements pour ce match. Richie Gray blessé, il est remplacé par un autre très jeune joueur d’Edimbourg, Grant Gilchrist. En France, c’est Florian Fritz qui a du déclarer forfait, remplacé par Gaël Fickou, 18 ans. Tous les deux honoreront leur première sélection. Strokosch, enfin, revient dans le quinze de départ écossais. Côté français, Mathieu Bastareaud est de retour au centre de l'attaque des Bleus. Un temps incertain, Yoann Maestri tient sa place et sera titulaire aux cotés de Vahaamahina et Claassen qui sont pour la première fois titulaires en équipe de France. Fritz a dû se résoudre à jeter l'éponge, à cause d'une blessure au pied. Le jeune Fickou prend sa place sur le banc.

 
 

commentaires


  • Charly B.16/03/2013 20:45

    Je ne suis pas d'accord avec ceux qui parlent d'humiliation. D'accord avec toi, abeille: pour moi, une humiliation, c'est un score très lourd en notre défaveur, c'est se prendre une raclée, une branlée, une valise, appelez ça comme vous voulez. Le niveau des équipes se resserre, et c'est tant mieux pour le rugby. Cela veut dire qu'une équipe peut désormais finir dernière du tournoi sans pour autant être mauvaise. Qui oserait dire que l'Irlande est une mauvaise équipe? Or elle va probablement finir dernière. Les scores étaient relativement serrés, sans être chauvin la France aurait pu gagner les trois matches qu'elle a perdus. Cela ne s'est pas joué à grand chose. Comme l'a dit quelqu'un dans un des posts, l'humiliation ça risque d'être contre les blacks, ça oui. C'est pas une frustration, c'est un sentiment d'impuissance. Ceux qui parlent d'humiliation ne se sont pas rendus compte que les choses ont changé. Peut-être sont-ils nostalgiques de l'époque où l'Angleterre et la France se partageaient le leadership de l'Europe? Moi pas. Je suis ravi, notamment, de voir que l'Italie a progressé et qu'elle peut battre n'importe qui en Europe. Bref, le tournoi s'annonce passionnant dans les années qui viennent. Qui dit que l'Irlande ou la France ne gagneront pas le tournoi l'année prochaine?

  • Abeille2416/03/2013 20:16

    Et qu'ils se transmettent le ballon.

  • Abeille2416/03/2013 20:15

    C'est un sport. Pourquoi les perdants seraient-ils ridicules ? Surtout avec de tels écarts de points (moins de vingt avant la finale). A ce tarif là, les Anglais sont ridicules parce qu'ils se sont pris une déculottée à trente points d'écarts face aux Gallois.