Wesley Fofana - Irlande France - 9 mars 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
6 Nations

Tournoi des 6 nations 2013 - Chat - "Il en va de l'honneur de l'équipe de France"

"Il en va de l'honneur de l'équipe de France"

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 12/03/2013 à 12:14 -
Par Midi Olympique - Le 12/03/2013 à 12:14
L'absence de certains joueurs, le dernier match contre l'Ecosse ou la position de Saint-André: retrouvez toutes vos réponses du chat avec Jérémy Fadat, journaliste de Midi Olympique.
 

Victor de boncourt: Pourquoi reprendre les mêmes alors qu'ils ne gagnent pas ?

Jérémy FADAT: Plusieurs raisons à cela à priori. D'abord, nous arrivons à la dernière journée du Tournoi et le staff a considéré que la revue d'effectif était terminée. Il a vu à l'oeuvre 32 joueurs depuis le début de la compétition et a voulu stopper la rotation en vue de cet ultime rendez-vous. Ensuite, il peut s'appuyer sur le fait qu'il y a eu une réaction, dans l'orgueil du moins, en deuxième mi-temps en Irlande et qu'une dynamique a pu ainsi se créer. En somme, c'est le premier résultat non négatif depuis le début du Tournoi et il entend continuer sur cette voie.

Bastou: Pourquoi ne pas avoir sorti Michalak ?

Jérémy FADAT: Pour un souci de continuité, c'est certain. Si Frédéric Michalak a effectué un Tournoi globalement décevant, à l'image de l'ensemble du groupe, il est et reste le numéro un au poste d'ouvreur dans l'esprit de Philippe Saint-André et de son staff. Le sélectionneur l'a dit la semaine passée. Il a d'ailleurs cherché à "piquer" le joueur en titularisant Trinh-Duc en Angleterre mais surtout à le reposer quelque peu. En le remettant sur le terrain en Irlande, il a suivi la logique qui est la sienne depuis l'été dernier concernant Michalak et il y est demeuré fidèle. En gros, il cherche à installer Michalak en dix.

alexx26: Pensez-vous que Ouedraogo ne manque pas à ce groupe ?

Jérémy FADAT: La question peut être posée. Extrêmement à son avantage en novembre, le capitaine de Montpellier n'est sorti du groupe que sur blessure, et non par choix tactique ou stratégique. De plus, à l'automne, il était le capitaine de touche des Bleus, ce qui prouve son importance, et reste un joueur précieux pour effectuer le lien entre avants et trois-quarts. Mais la question se pose surtout car Yannick Nyanga se montre moins tranchant qu'en novembre alors que Thierry Dusautoir monte en puissance. Nyanga et Ouedraogo possédant un profil similaire, l'absence de l'Héraultais peut se faire ressentir.

florent: Pourquoi ne pas avoir appelé Taofifenua qui connait le jeu ?

Jérémy FADAT: D'abord, Yoann Maestri, blessé à l'épaule, a passé une IRM hier lundi. Et il doit être ménagé jusqu'à jeudi inclus. En attendant, le staff a fait appel au Parisien Alexandre Flanquart "afin de pouvoir s’entrainer dans des bonnes conditions, notamment lors des séances de touche", selon les propres termes du communiqué du XV de France. D'une part, en l'absence de Pascal Papé, Maestri est aujourd'hui le taulier de la deuxième ligne, voire du cinq de devant. Un forfait du Toulousain serait vécu comme un énorme coup dur pour le staff, qui préfère donc le ménager au maximum pour assurer sa présence samedi. En ce sens, il a choisi de ne pas le "remplacer" définitivement dans le groupe, auquel cas il y a lieu de croire que c'est le Perpignanais, Romain Taofifenua, qui était là contre l'Italie et le pays de Galles, qui aurait été rappelé. Surtout que le Catalan a encore été très bon contre Grenoble samedi dernier. Mais en sollicitant le jeune Flanquart, le staff s'est assuré la présence d'un joueur pour travailler correctement tant que Maestri n'est pas là. Ensuite, c'est une façon pour le Parisien de prendre un peu le pouls de Marcoussis. Il est un espoir du poste en France et s'il a été appelé, c'est aussi que le sélectionneur trouvait intéressant de le voir à l'oeuvre.

kevin0147: Kayser est-il devenu le talonneur numéro 1 français ?

Jérémy FADAT: Difficile de répondre car aujourd'hui, Dimitri Szarzewski, Benjamin Kayser et Guilhem Guirado semblent proches les uns des autres dans la hiérarchie des talonneurs. Depuis la retraite de William Servat, aucun joueur ne s'est imposé comme le numéro un indiscutable. Après, force est de constater que le Clermontois a marqué des points ces derniers temps. Car il était remplaçant en début de Tournoi et qu'il est à créditer de prestations convaincantes pour ses deux titularisations en Angleterre et en Irlande. Même si Szarzewski, blessé, n'a pu se défendre à armes égales... Et attention à Guilhem Guirado, qui affiche une forme resplendissante depuis plusieurs mois avec l'Usap et qui a été auteur d'une entrée remarquée samedi.

Thomas: Vincent Clerc est transparent depuis plusieurs match. Pourquoi ne pas essayer un O'Connor vif, solide en défense et très prometteur ?

Jérémy FADAT: Vincent Clerc n'a pas encore retrouvé son meilleur niveau, c'est vrai, mais il ne faut pas oublier qu'il revient de blessure, qu'il a repris en équipe de France avant même de rejouer en club et, plus que quelque autre ailier, il possède des talents de finisseur incroyables. Toutefois, il ne faut pas occulter que son crédit a certainement baissé et que la concurrence à son poste s'est sûrement accrue. C'est d'ailleurs un des postes autour duquel il existe des incertitudes. Médard, Clerc et Fall n'ont pas été étincelants dans ce Tournoi. Fofana est bien plus performant au centre. On sait que quand Dulin reviendra, Huget pourra glisser avec succès à l'aile. Mais effectivement, un joueur comme Marvin O'Connor, très régulier avec Bayonne, peut être évoqué. Tout comme Alexis Palisson, qui reste une valeur sûre et peut faire parler ses cannes de feu et son gros pied gauche, ou les Castrais Romain Martial et Marc Andreu, actuellement à leur avantage.

Sam de pau: Pourquoi ne pas avoir titularisé Bastareaud ?

Jérémy FADAT: Plusieurs raisons à cela. La première concerne directement Mathieu Bastareaud, quelque peu blessé en début de semaine dernière et donc ménagé. Il n'a pu s'entraîner aussi bien que Florian Fritz, d'où la première explication de ce choix. Ensuite, dans la hiérarchie des centres, Bastareaud et Fritz paraissent très proches l'un de l'autre. Le Toulousain a débuté en Italie et en Irlande, le Toulonnais contre le pays de Galles et en Angleterre. Enfin, il y avait une logique stratégique derrière cette décision. Le but était de se servir de l'explosivité de Fritz pour harceler et agresser la paire de centres adverse, dont Brian O'Driscoll, avant de lâcher Bastareaud et son physique hors normes pour finir le travail, en percussion. Impossible de dire que cela s'est déroulé comme imaginé mais il est à noter que l'entrée du Toulonnais fut intéressante.

Jules: Pensez-vous que ça nous ferait du bien de perdre face à l'Ecosse ?

Jérémy FADAT: Si l'on voulait être provocateurs, cela permettrait de remettre tout à plat et de repenser le rugby français, son fonctionnement et ses ambitions. Mais n'allons pas jusque-là. Un Tournoi sans aucune victoire, ce serait une véritable catastrophe, ce qui n'est plus arrivé depuis 1969. Nous en serions alors à sept matchs sans succès dans le Tournoi, une première depuis les années 20. Pour une nation majeure comme la France, ceci est inconcevable. C'est pourquoi les Bleus ont tout intérêt, non seulement à l'emporter et s'offrir enfin un premier succès en cette édition 2013, mais aussi à convaincre, à se montrer performants et séduisants durant 80 minutes. Il en va de l'honneur de notre équipe de France et de la crédibilité du staff et des acteurs.

Clément: Faudra-t-il revoir entièrement l'effectif pour la tournée d'été ?

Jérémy FADAT: On peut supposer qu'il y aura des nouvelles têtes en tournée cet été: les Lopez, Winiewski, Palisson, Martial, Guiry et autres sont surveillés et pourraient découvrir ou retrouver le groupe. Plusieurs explications. D'abord, le Tournoi très décevant du XV de France va obliger le staff à modifier quelque chose, à insuffler du sang neuf. Ensuite, la longueur de notre championnat, qui est l'un des plus usants et épuisants, devrait amener le sélectionneur à effectuer un brassage et donc à mettre les joueurs les plus sollicités et fatigués au repos. Difficile par exemple de concevoir que Frédéric Michalak, sur le pont depuis un an puisqu'il a enchaîné Super 15 et Top 14, puisse partir en tournée en Nouvelle-Zélande.

Benoît: Le Racing Métro est dans une très bonne dynamique avec des joueurs étincelants: Wisniewski, Chavancy, Estebanez ... pourquoi ne pas les appeler et leur laisser une chance à des postes où les titulaires ne sont pas dans leur meilleure forme ?

Jérémy FADAT: C'est une réflexion pertinente. Les noms cités doivent forcément être dans l'esprit du sélectionneur. Wisniewski revient en grande forme et a fixé Hernandez à l'arrière en club. Quand on sait qu'à l'ouverture, l'incertitude est encore présente en équipe de France, son nom apparaît légitime. Le bémol est qu'en début de saison prochaine, Jonathan Sexton va débarquer au Racing et Wisniewski devrait voir son temps de jeu considérablement réduire. De son côté, Fabrice Estebanez affiche un niveau de jeu impressionnant depuis plusieurs mois. Avec Wesley Fofana, il est certainement le premier centre français le plus régulier et performant à l'heure actuelle. Surtout, il se montre fréquemment décisif et s'est imposé comme un leader de son équipe. Enfin, Henry Chavancy est une valeur sûre depuis déjà plusieurs saisons. Il ne doit plus être considéré comme un grand espoir. Ses qualités de défenseur et de finisseur en font un candidat crédible.

Bruce: En cas de défaite, PSA devrait-il être limogé ?

Jérémy FADAT: La question ne se pose pas en ces termes. Il ne sera pas limogé quoi qu'il arrive. Pierre Camou, le président de la Fédération, ne l'a jamais caché: Saint-André sera le sélectionneur des Bleus jusqu'à la Coupe du monde 2015. Il faudrait vraiment un tremblement de terre pour faire évoluer cet état de fait. Alors une possible démission de Philippe Saint-André en cas de nouvelle défaite et de dernière place dans le Tournoi ? Le sélectionneur, après la mini-agitation qui a secoué le monde du rugby français à la suite de ses déclarations confuses en milieu de semaine passée, a balayé l'éventualité d'un revers de main. Il a affirmé: "Je suis là jusqu'en 2015". L'entente et la solidarité qui sont celles du staff technique actuellement renforcent cette hypothèse.

Eurosportfan: Philippe St André parlait de cadres difficiles à remplacer. Est-ce vraiment fini pour les Harinordoquy, Yachvili, Rougerie ...?

Jérémy FADAT: Effectivement, cette déclaration n'est pas vide de sens. D'abord, il faut reconnaître que les joueurs cités dans votre question, au même titre que les Servat, Nallet ou Bonnaire, sont effectivement difficiles à remplacer. Parce que leur influence allait bien au-delà du terrain. Ils ont été des monuments de l'équipe de France. Ensuite, pour répondre à votre interrogation, si l'on lit entre les lignes, on comprend que sauf revirement de situation improbable, ces joueurs ne devraient plus être rappelés chez les Bleus. Le staff veut construire en vue du Mondial 2015 et considère aujourd'hui que ce sera sans les trentenaires Harinordoquy (33 ans), Yachvili (32 ans) et Rougerie (32 ans).

Camargin: Beaucoup disent que cette équipe manque d'un vrai leader. Le capitaine Dusautoir va-t- il être remis en cause ?

Jérémy FADAT: Déjà, il est important de noter que le capitaine de Philippe Saint-André est désormais Pascal Papé. Ce n'est qu'après la blessure de ce dernier lors de la première journée en Italie que Thierry Dusautoir a repris le flambeau. A en croire les acteurs du groupe France, il l'a fait avec succès et sérieux. Ainsi, le capitanat (provisoire) de Dusautoir ne paraît pas être remis en cause. Mais il lui manque peut-être aujourd'hui des lieutenants autour de lui. Les Servat, Bonnaire, Rougerie et autres qui ne sont plus là maintenant. Des joueurs comme Parra, Michalak, Maestri ou Picamoles doivent prendre le relais. Par contre, une question se pose: comment gérer la nouvelle transmission du capitanat après le tournoi et le nouveau passage de Dusautoir en tant que simple soldat ? Cela ne sera encore une fois pas évident pour Saint-André. Le Toulousain doit-il être maintenu dans ses responsabilités ? Est-il logique que Papé retrouve le brassard ? Le sélectionneur devra apporter des réponses claires également sur ce sujet épineux.

 
 

commentaires


  • pelouze13/03/2013 22:12

    Bon, ben tout va bien en fait !!!

  • dancarterisgod13/03/2013 14:36

    C'est vrai et je pense 1. que c'est dû à son positionnement en plein milieu des championnats et de la H cup, 2. que gagner ou perdre le tournoi n'est pas vraiment important, en tout cas e - en - au fil des ans et de par la professionnalisation du rugby. En fait, on a de plus en plus l'impression qu'il n'a qu'une compèt tous les 4 ans...

  • dancarterisgod13/03/2013 14:34

    absolument, le journalisme rugbystique est vraiment pas à la hauteur