Maxime Mermoz - italie France - 3 fevrier 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
6 Nations

Maxime Mermoz: "Tout le monde veut croire que ce n’était qu’un accident en Italie"

Mermoz: "Tout le monde veut croire que ce n’était qu’un accident"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 07/02/2013 à 18:38 -
Par Rugbyrama - Le 07/02/2013 à 18:38
A quelques jours d'affronter le pays de Galles, le centre des Bleus, Maxime Mermoz, s'est confié sur la défaite en Italie et son association avec Bastareaud.

Que reste-t-il de la défaite face à l’Italie ?

Maxime MERMOZ: Un constat : nous n’avons pas su élever notre niveau de jeu. A force de monter au pinacle les Italiens durant la semaine, on s’est persuadé nous même qu’ils étaient très forts. Ils sont bons, mais nous aurions pu les battre. Ils n’ont fait que des choses très simples. Ils l’ont bien fait.

Le staff était-il très remonté après cette défaite ?

M.M.: Oui et c’est normal. Ils ont tous une mentalité de joueurs. Je pense qu’ils n’avaient qu’une seule envie, c’est d’être avec nous sur le terrain. Mais ils ne pouvaient rien faire. Ils nous renouvellent leur confiance. A nous de ne pas les décevoir.

Vous en avez le sentiment ?

M.M.: Non, parce que nous n’avons pas triché non plus. Ce match, on aurait pu le gagner. Nous avons fait l’effort de revenir au score en première période, de prendre le score en seconde. Il nous a manqué de la concentration à des moments clés, mais tout n’a pas été catastrophique.

Le pays de Galles, et ses huit défaites consécutives, est-elle l’équipe idoine pour une revanche sur vous-même ?

M.M.: Il ne faut pas se fier aux chiffres. A chaque défaite, le pays de Galles était très proche au score et l’équipe en face a sorti un match énorme pour le battre. Il ne faut pas se focaliser sur le pays de Galles. Il faut se focaliser sur nous, notre mental, notre capacité à nous relever après ce faux-pas en Italie.

Jouer avec un axe 10, 12, 13 toulonnais aide-t-il pour les repères ?

M.M.: En équipe de France, nous avons tous l’habitude de jouer ensemble. A Toulon, Fred (Michalak) a beaucoup joué neuf, Mathieu (Bastareaud) et moi n’avons pas souvent été associés. D’autant qu’en équipe de France, ou à Toulon, les repères sont différents, les réflexes et le système de jeu aussi. Peut-être que l’on prendra des décisions un peu plus rapidement, mais ça ne sera pas la clé du match.

Qu’apporte Mathieu Bastareaud dans une équipe ?

M.M.: C’est une arme. En attaque comme en défense, il gagne ses duels, mobilise des défenseurs. Il est normal d’organiser des lancements autour de lui, d’identifier des zones faibles de l’adversaire et de le lancer dessus.

Avez-vous été soulagé de figurer dans les 23 qui vont affronter les Gallois samedi ?

M.M.: Je me dis que l’on me donne la chance de faire autre chose que dimanche dernier. Sans en avoir les garanties, j’espère que nous allons faire un gros match. Tout le monde veut croire que l’Itlalie, était un accident.