Deception Galles - 02.02.2013 - Pays de Galles / Irlande - Icon Sport
 
6 Nations

Le pays de Galles, l'autre bête blessée

Le pays de Galles, l'autre bête blessée

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 06/02/2013 à 09:17 -
Par Rugbyrama - Le 06/02/2013 à 09:17
A l'image des Bleus, les Gallois ont raté leur entame en s'inclinant à domicile contre l'Irlande (22-30). Pire, ils restent désormais sur huit revers d'affilée. Forcément, les Bleus craignent une réaction samedi au Stade de France...
 

Rien ne va plus... Un peu moins d'un an après leur magnifique Grand Chelem dans le Tournoi 2012, les Gallois sont à l'agonie. La preuve par les chiffres : huit défaites de rang, dont cinq enregistrées sur leurs propres terres de Cardiff. Et voilà les Diables rouges qui s'approchent dangereusement de leur terrible série de dix matchs d'affilée sans la moindre victoire en 2002-2003. Dix années plus tard, le XV du Poireau semble en panne. Incapable de se relever comme l'a prouvé son entrée catastrophique dans la compétition samedi dernier contre l'Irlande. Menés 3-23 à la mi-temps, puis 3-30 à la 43e minute, les hommes de Robert Howley, n'ont pu faire mieux que sauver la face, terminant sur un plus honorable 22-30. Pas suffisant pour se rassurer. Loin de là.

Dépassés par l'Italie au classement IRB

Alors les explications sont certainement nombreuses pour justifier le trou d'air gallois. La prise de recul de Warren Gatland, promu à la tête des Lions britanniques et irlandais, laissant sa place à l'intérimaire Robert Howley. L'absence de deuxième ligne de métier, les tauliers du Grand Chelem 2012 – Luke Charteris, Bradley Davies et Alun-Wyn Jones – étant tous les trois blessés. L’indisponibilité de Rhys Priestland, l'ouvreur titulaire. Mais ceci n'excuse pas tout quand les Diables rouges se trouvent désormais dépassés par l'Italie à la neuvième place du classement IRB. La ligne de trois-quarts est par exemple composée des mêmes joueurs que l'an dernier. Mais à l'image du centre Jonathan Davies, très maladroit samedi et coupable d'avoir annihilé deux contre-attaques favorables, elle est aujourd'hui méconnaissable.

Saint-André : "Ils ont réalisé cinquante minutes de haut niveau"

Forcément, nombreux sont les Gallois en danger aujourd'hui. Même si Shaun Edwards, l'entraîneur de la défense, tempère : "On dit que chaque joueur est toujours à deux matchs d'être en danger. C'est comme ça aussi avec les All Blacks. C'est comme ça avec toutes les équipes nationales dans le monde." N'empêche, avec ou sans changement, le pays de Galles doit absolument stopper l'hémorragie. Et si ce déplacement en France samedi, face à une autre formation fragilisée par l'ouverture du Tournoi et plongée dans le doute, était l'occasion idéale ? C'est ce que craint Philippe Saint-André : "Cette équipe voudra réagir. Surtout, si l'on excepte sa première demi-heure, elle a ensuite réalisé cinquante minutes de très haut niveau contre l'Irlande." Les Bleus sont prévenus.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×