Brunel - Italie Irlande - 16 mars 2013 - Icon Sport
 
6 Nations

Italie-Irlande (22-15), réaction - Brunel: "Etre convaincu de notre force"

Brunel: "Etre convaincu de notre force"

Par AFP
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 16/03/2013 à 22:01 -
Par AFP - Le 16/03/2013 à 22:01
Le sélectionneur de l'Italie, Jacques Brunel, est persuadé que son équipe est "sur le bon chemin" afin de rivaliser avec les meilleures nations du monde.
 

Comment jugez-vous le Tournoi de votre équipe?

Jacques BRUNEL: J'avais dit qu'il fallait attendre l'Irlande pour juger notre Tournoi. Le résultat d'aujourd'hui pouvait donner deux images totalement différentes. Là, on peut voir qu'il y a une continuité entre nos matches contre les All Blacks, l'Australie (de novembre 2012, NDLR), la France, l'Angleterre et l'Irlande. On a bien joué contre toutes ces équipes. Mais il y a la défaite en Écosse, la déception du match contre Galles, nous n'avons pas encore la capacité de tenir à ce niveau. Mais le caractère, et surtout le jeu que nous avons montrés contre toutes ces équipes, nous donnent le sentiment que nous sommes sur le bon chemin.

Pouvez-vous ressortir quelques individualités de ce match, comme Alessandro Zanni?

J.B: Il a été très bon, mais on peut le dire de tous les joueurs aujourd'hui. Je voudrais surtout remercier le rugby italien dans son ensemble, que nous représentons. Les deux franchises (de Ligue celtique, Trévise et les Zèbres, NDLR) ont fait du bon travail et développé les joueurs tout au long de l'année. Ainsi Zanni a joué beaucoup de matches, toujours au haut niveau, avec beaucoup de continuité. Il y en a beaucoup d'autres comme lui qui ont progressé grâce au travail des deux franchises. Je remercie aussi le Stade français (rires, son capitaine Sergio Parisse, à côté de lui en conférence de presse, joue dans ce club, ndlr)... Enfin je voudrais dire un mot sur Andrea Lo Cicero (qui arrête sa carrière internationale, ndlr), une personnalité, un grand joueur. Arriver à plus de 100 sélections (103 NDLR), jouer 12 ans au haut niveau et être encore à ce niveau physique à presque 37 ans, c'est vraiment beau.

Outre la continuité, sur quoi allez-vous accentuer vos efforts maintenant?

J.B: Il reste encore tant de travail à faire... On cherche l'équilibre attaque-défense, c'est très difficile à trouver. Entre aujourd'hui et la semaine dernière en Angleterre, voilà deux matches qu'on ne prend pas d'essai, ça montre le caractère de l'équipe. Mais chaque match à son histoire, chaque Tournoi aussi. Il nous reste encore un long parcours pour construire l'équipe et notre jeu. Dans deux mois nous partons en tournée d'été, contre l'Afrique du Sud, les Samoa, des matches difficiles. Il faut rester sur ce chemin et être convaincu de notre force, de notre pouvoir, de la qualité de notre jeu. On perdra sûrement encore, on doutera quelquefois, mais c'est l'obligation pour aller plus loin.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×