picamoles beattie - montage duels france ecosse - 16 mars 2013 - Icon Sport
 
6 Nations

France-Ecosse: Picamoles-Beattie, attention à l'impact

Picamoles-Beattie, attention à l'impact

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 16/03/2013 à 14:34 -
Par Rugbyrama - Le 16/03/2013 à 14:34
Maestri-Hamilton, Parra-Laidlaw ou Huget-Hogg: ce France-Ecosse ne manque pas de duels intéressants. Mais le plus alléchant est sans conteste Picamoles-Beattie.
 

Arrière: Huget face à Hogg

Icon Sport

Un gros duel de relanceurs en perspective. S’il n’est pas un spécialiste du poste, Yoann Huget montre de très belles aptitudes à l’arrière grâce notamment à sa vitesse et ses envies de faire vivre le ballon. Il jouit d’une belle côte auprès de Saint-André, qui l’a titularisé à l’arrière lors des cinq matchs du Tournoi 2013. Le Toulousain a prouvé qu’il était une très belle alternative au Castrais Brice Dulin, blessé actuellement. A Dublin, sous la pluie, il a également démontré une certaine disposition sous les ballons hauts. Ce qui n’est pas négligeable en raison des conditions climatiques annoncées ce samedi sur Saint-Denis. Nul doute que les deux arrières vont être bombardés de chandelles et la faculté à maîtriser les ballons défensifs constitue à coup sûr l’une des clés du match. Stuart Hogg demeure quant à lui comme l’un des nouveaux joyaux du rugby écossais. A peine vingt ans et le joueur de Glasgow va enchaîner une quatorzième titularisation consécutive au poste d’arrière du XV du Chardon. Pas un moindre exploit pour ce joueur aux jambes de feu. Ses deux essais contre l’Angleterre et l’Italie, après des courses de 60 et 90m, en témoignent.

Demi de mêlée: Parra face à Laidlaw

Icon Sport

Le demi de mêlée clermontois et celui d’Edimbourg ont des profils assez similaires. Pourtant, si Laidlaw est le buteur numéro un du XV du Chardon, Parra, lui, laisse souvent à Frédéric Michalak cette responsabilité avec les Bleus. Longtemps barré en sélection et en club par Mike Blair, le demi de mêlée écossais affiche d’ailleurs de belles statistiques dans cet exercice puisqu’il est actuellement deuxième au classement des buteurs du Tournoi 2013, derrière le Gallois, Leigh Halpenny. Sa régularité est également un précieux atout pour son équipe (86,4 % de réussite). Quant à Morgan Parra, il a prouvé face à l’Irlande qu’il pouvait insuffler un allant positif aux siens même lorsque son pack se retrouvait chahuté. Après avoir débuté le Tournoi comme doublure de Maxime Machenaud, il est désormais titulaire au poste depuis deux rencontres. Plus expérimenté que son vis-à-vis au niveau international (50 sélections contre 17), les Bleus auront besoin de sa vision du jeu pour enfin remporter une rencontre dans cette édition.

Troisième ligne: Picamoles face à Beattie

Icon Sport

Joueur le plus en vue du XV de France dans ce Tournoi, le troisième ligne centre toulousain, Louis Picamoles, est craint par les équipes adverses. Très puissant, il permet souvent aux Bleus d’avancer lorsqu’il se lance ballon en main pour aller défier la défense. Capable de perforer mais aussi de mobiliser plusieurs joueurs, il sait également se muer en finisseur comme face à l'Italie et l’Irlande. A Dublin, son essai en force avait redonné de l’espoir à ses coéquipiers. Son vis-à-vis écossais, Johnnie Beattie, confiait vendredi dans Midi Olympique que les deux meilleurs numéro 8 du Tournoi étaient Picamoles et Parisse selon lui. Pour autant, le Montpelliérain n’a pas grand chose à envier à ses deux joueurs. Auteur de bonnes performances avec le MHR en championnat, il a également été très en vue lors de ce Tournoi des 6 nations, s’imposant même comme titulaire indiscutable à son poste. Également très précieux offensivement grâce à sa puissance, Beattie va être surveillé par la défense française. Ce choc devrait faire des étincelles.

Deuxième ligne: Maestri face à Hamilton

PA Sport

Deux hommes de devoir, prêts à tous les sacrifices dans les zones de combat et les tâches obscures. Et une présence indispensable au sein de leur équipe respective. Philippe Saint-André a même préféré éviter de remplacer le Toulousain, en délicatesse avec son épaule droite après le match contre l’Irlande, et de lui accorder un maximum de temps de repos afin de pouvoir compter sur l’un de ses éléments de base (il a participé à 13 des 14 matchs de l’ére PSA) pour le dernier match contre l’Ecosse. Maestri et Hamilton vont évidemment se livrer un énorme duel dans les rucks, secteur où l’Ecossais s’est distingué face à l’Irlande récemment, mais aussi dans les phases de conquête. En touche, petit avantage pour Hamilton, plus grand de trois centimètres. Maestri a pour lui une plus grande faculté à se déplacer sur le terrain.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×