Damien CHOULY - argentine france - 17 novembre 2012 - Icon Sport
 
6 Nations

Chouly: "Il faut savoir rester à sa place"

Chouly: "Il faut savoir rester à sa place"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 31/01/2013 à 17:56 -
Par Rugbyrama - Le 31/01/2013 à 17:56
Après avoir participé à l’intégralité des test-matchs du mois de novembre, le Clermontois Damien Chouly va disputer son premier Tournoi des 6 Nations. Probablement sera-t-il remplaçant pour débuter la rencontre en Italie ce dimanche. Mais, si il reconnaît se situer derrière Louis Picamoles dans la hiérarchie des troisièmes lignes centre, il n’a pas dit son dernier mot.
 

Vous allez disputer votre premier Tournoi des 6 nations. Avez-vous craint, ces derniers jours, de ne pas être retenu ?

Damien CHOULY: Franchement, il y avait de l’incertitude en troisième ligne. Évidemment, nous n’étions que deux à pouvoir couvrir le poste de troisième ligne centre. Mais on ne savait pas quel choix allait opérer les entraîneurs. Maintenant, je suis là et j’en suis très heureux. Je n’ai pas à commenter le choix du sélectionneur. Et je ne vais surtout pas rechigner. C’est tout de même mon premier Tournoi.

Justement, que représente pour vous le Tournoi des 6 Nations ?

D.C.: Au risque de répéter ce que beaucoup ont dit avant moi, le Tournoi, ce sont des souvenirs d’enfance. Mon père ne ratait pas un match à la télévision. Forcément, j’étais toujours à côté de lui. Même si au début, je n’y comprenais rien, c’est quelque chose qui me plaisait.

Traditionnellement, l’équipe de France a toujours des difficultés lors du premier match du Tournoi. Que faire pour éviter ça ?

D.C.: Il est important de rester concentrés et déterminés. Sans ces ingrédients, on peut avoir des surprises. Maintenant, le plus important sur le premier match, c’est de le gagner. Évidemment, le contenu sera important aussi. Si nous travaillons toute la semaine, c’est pour mettre des choses en place. Sinon, cela ne sert à rien.

Quel souvenir avez-vous de la défaite des Bleus à Rome en 2011 ?

D.C.: Nous n’en avons pas parlé entre nous. Ceux qui y étaient n’en avaient pas vraiment envie. Et même nous, qui n’y étions pas, n’avions pas le désir de revenir dessus. J’avais regardé le match à la télévision. Ça avait été un choc. Surtout, je ne pense pas utile de regarder derrière nous, même si je crois que l’équipe en a tiré des enseignements. Surtout, depuis 2011, cette équipe italienne a encore progressé.

Justement, dans quel secteur craigniez-vous cette équipe italienne ?

D.C.: La mêlée, c’est peut-être leur gros point fort. Les Italiens ont une première ligne très solide. Nous avons vu à la vidéo qu’ils étaient capables de mettre en difficulté la mêlée des Néo-Zélandais. Il faudra être prêts et concentrés pour bien rentrer dans ce Tournoi. Maintenant, nous avons aussi vu qu’ils aimaient jouer les ballons de récupération. C’est une équipe de feu-follets. Notre objectif premier sera d’assurer une bonne conquête et ensuite de savoir conserver le ballon.

La dernière tournée d’automne a-t-elle un peu modifié votre relation avec l’équipe de France ?

D.C.: Oui car j’ai participé à la tournée dans son intégralité. Je me suis familiarisé avec le jeu, les joueurs et le mode de fonctionnement du staff. C’est très intéressant et ça m’a donné encore plus envie d’y rester.

Dans la concurrence qui vous oppose à Louis Picamoles, comment vous situez-vous ?

D.C.: Il ne faut pas se voiler la face. Louis a fait des supers matchs au mois de novembre, je pense qu’il est logiquement devant moi dans la tête des entraîneurs. Louis a l’expérience de l’équipe de France, des grands rendez-vous. Moi, je suis arrivé au mois de novembre. Ça fait une grande différence. A moi désormais de prendre ma chance lorsqu’elle se présentera.

Avez-vous le désir de bousculer la hiérarchie ?

D.C.: C’est une évidence. Quand on est en équipe de France, on n’a pas forcément envie de rester sur le banc des remplaçants. Maintenant, je crois qu’il faut savoir rester à sa place.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×