Italie-France Flaminio 2011 - Icon Sport
 
6 Nations

Bleus: Flaminio toujours dans les mémoires

Flaminio toujours dans les mémoires

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 03/02/2013 à 15:24 -
Par Rugbyrama - Le 03/02/2013 à 15:24
Si le XV de France a régulièrement corrigé l’Italie sur ses propres terres, il reste néanmoins sur un couac retentissant en 2011 à Flaminio.
 

Italie-France: 22-21 (12 mars 2011)

Icon Sport

La douche froide. Pour la première fois de l’histoire du Tournoi, la France s’incline face à l’Italie. Un revers retentissant et qui arrive six mois seulement avant la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande. L’onde de choc est terrible pour les Français qui avaient pourtant le contrôle du match. Après une bonne entame, Clerc récompensait les efforts du groupe de Marc Lièvremont. Parra se montrait efficace et à l’heure de jeu, le XV de France possédait douze unités d’avance sur les Transalpins au tableau d’affichage (18-6). Avant le trou noir. Inexplicable. Les Italiens, sentant la panique dans la maison tricolore, devenaient alors euphoriques. Portés par des avants conquérants et irrésistibles dans les phases de ruck, ils mettaient les Bleus à la faute. Bergamasco enchaînait trois pénalités, après que Masi ait franchi l’en-but français. La Squadra Azzurra prenait la tête. Pour ne plus la lâcher. Impensable vingt minutes avant. Le dernier effort de la mélée du XV de France resta infructueux. L’Italie tenait un incroyable exploit…

Italie-France: 8-50 (21 mars 2009)

Icon Sport

Le score est sans appel. Il reflète la différence de niveau entre le XV de France et son homologue italien. Pour autant, la performance ne restera pas dans les annales. Les hommes de Nick Mallet affichant d’inquiétantes lacunes en défense, laissant des brèches béantes dans lesquelles les Français n’ont pas eu de mal à s’infiltrer. Au final, sept essais pour les Tricolores, Chabal ayant montré la voie à suivre et Médard signant un doublé. Mais difficile pour Marc Lièvremont de tirer des enseignements d’une telle rencontre, les Français n’ayant pas non plus brillé de mille feux face à une opposition aussi faible. Ce succès permet juste aux Français de ne pas terminer le Tournoi 2009 sur une fausse note, eux qui ont baissé pavillon lors de cette édition face à l’Angleterre et l’Irlande. L’Italie obtient quant à elle la cuillère de bois.

Italie-France: 3-39 (3 février 2007)

AFP

Drôle de rencontre pour le XV de France. Pour deux raisons. La première : c’est le dernier Tournoi des 6 nations du sélectionneur, Bernard Laporte. Mais surtout, l’ambiance est très lourde en Italie. La veille, un policier est mort, touché par un pétard lors de la rencontre de football entre Catane et Palerme. Les supporters des deux camps sont même tombés dans la folie et la presse transalpine a qualifié les affrontements de "guerre". Si Flaminio affiche guichets fermés, les Italiens n’ont pas la tête à faire la fête. D’autant que leur équipe nationale s’avoua bien pâle, encaissant cinq essais face à des Français appliqués et dominateurs en mêlée fermée. Sébastien Chabal y est allé d’un doublé. La charnière Mignoni-Skrela rendait pour sa part une copie de belle facture. Un succès précieux qui permettait aux Français de se lancer idéalement dans la compétition, rampe de lancement pour le Mondial 2007. 

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×