6 Nations

Angleterre-France (23-13), fait de jeu - L’arbitrage au cœur des débats


Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 24/02/2013 à 15:04 -
Par Rugbyrama - Le 24/02/2013 à 15:04
L’arbitrage au cœur des débatsCertaines décisions prises par Craig Joubert, l’arbitre de Angleterre-France, n’ont pas été comprises par les Tricolores. Saint-André s’est montré dépité.
 

Entre l’arbitre Craig Joubert et le XV de France, c’est un peu l’histoire du "je t’aime moi non plus". Un an et demi après la finale de la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande, où le laxisme du Sud-Africain avait été pointé du doigt par les Français, ses décisions, samedi à Twickenham, ont été de nouveau au cœur des débats. L’essai du XV de la Rose est notamment sujet à polémique. En effet, le pilier anglais Mako Vunipola a touché le ballon en position de hors-jeu avant que le centre Manu Tuilagi ne le récupère pour marquer en coin. Philippe Saint-André, le sélectionneur des Bleus, est apparu dépité concernant le sujet en conférence de presse. Mais il n’a pas voulu s’éterniser. "Je ne commenterais pas le ruck et la décision d'accorder l'essai. Si lui ne le voit pas, il y a des arbitres de touche. Je n'en dirai pas plus. On connaît Joubert".

Trinh-Duc: "Compliqué de comprendre les décisions arbitrales"

Outre ce fait de jeu, qui coûte tout de même très cher aux Bleus à un moment où le score était très serré (12-10 pour l'Angleterre NDLR), d’autres sanctions ont suscité l’étonnement. Le pilier anglais, Dan Cole, a posé à deux reprises la main au sol en mêlée fermée sans être sanctionné. Le centre français, Florian Fritz, s’est fait pénaliser en toute fin de rencontre alors qu’il semblait disputer le ballon de manière licite dans un ruck. En général, la phase plaqueur-plaqué s’est avérée moins favorable aux Français. "Tout le match, ça a été compliqué de comprendre les décisions arbitrales, concédait l’ouvreur des Bleus, François Trinh-Duc. Mais on aurait dû mieux comprendre ces décisions et adapter notre défense à ça".

Picamoles: " On ne va pas se réfugier derrière l'arbitre"

En effet, les Français ne veulent pas se réfugier derrière l’arbitrage afin d’expliquer leur défaite à Twickenham, la troisième de suite dans ce Tournoi 2013. D’autant que le nombre de pénalités sifflées par Craig Joubert est sensiblement le même de part et d’autre. "On ne va pas se réfugier derrière l'arbitre. C'est un essai qui peut être contestable, mais aussi ne pas l'être. Ca reflète la période dans laquelle on est, dans le dur, avec peu de réussite", lâchait Louis Picamoles. "L'arbitre insistait beaucoup sur le fait que le plaqueur devait vite partir. Peut-être qu'on n'a pas été assez réactif à ce niveau-là et ça nous a coûté quatre pénalités dans les 30 dernières minutes", soulignait le capitaine Thierry Dusautoir. Quoiqu’il en soit, la relation entre Joubert et les Bleus sera toujours particulière. 

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×