Joie Angleterre - 2 février 2013 - Icon Sport
 
6 Nations

Angleterre-Ecosse (38-18) - L'Angleterre annonce déjà la couleur

L'Angleterre annonce déjà la couleur

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 02/02/2013 à 19:46 -
Par Rugbyrama - Le 02/02/2013 à 19:46
Très propre dans le jeu, bien huilée en attaque et supérieure dans les impacts, l'Angleterre a fait forte impression en dominant une Ecosse joueuse (38-18).
 

Après une première partition de grande qualité entre Gallois et Irlandais, les acteurs de la Calcutta Cup - Anglais et Ecossais - se devaient d’en faire de même. Bien vu. Pour éviter de tuer tout suspense dès l’entame du match, le XV du Chardon a surpris tout le monde en dégainant le premier sur la pelouse de Twickenham. Sean Maitland, l’ancien ailier des Crusaders, ouvrait le bal d’un essai en coin, servi au ras par son demi de mêlée Laidlaw (10e, 3-5). On connaît les Ecossais, leur envie, leur ambition dans le jeu, mais on connaît sûrement encore plus la faculté qu’ils ont à lâcher prise petit à petit et finalement passer à côté de quelque chose de grand. Pas affolé, le XV de la Rose s’en est remis à la botte de son demi d’ouverture pour remettre la main sur le score. Owen Farrell (18 points) - cinq sur cinq en première mi-temps - a tué à lui seul les espoirs écossais (4e, 14e, 19e, 37e). Mieux, les hommes de Lancaster marquaient eux aussi un essai. Le finisseur, Chris Ashton, se muait en tank à quelques mètres de ligne pour aller aplatir en force entre deux défenseurs (32e, 16-8).

Hogg, la lueur écossaise

Beaucoup trop indiscipliné au sol et autour des rucks (presque 20 pénalités pendant le match), le XV du Chardon a offert cette victoire sur un plateau aux Anglais qui ont mis leur talent à contribution que sur des séquences choisies. Comme en seconde mi-temps, lorsqu’en une accélération, Youngs mystifiait cinq défenseurs plein axe. Le renversement de jeu était judicieux, tout comme la très longue passe d’Owen Farrell, qui ouvrait un boulevard à Monsieur touche, alias Geoff Parling, pour le troisième essai anglais (54e, 31-11). C’est dommage pour les Ecossais, qui ont fait preuve - comme toujours - d’allant offensif et de mouvements spectaculaires. Cette ligne de trois-quarts, emmenée par Visser, Maitland ou Hogg, a du talent et de l’audace. L’arrière Stuart Hogg justement a été le détonateur dans les relances écossaises. Son jeu au pied très long a également fait forte impression. C’est d’ailleurs lui qui marquait un essai de 80 mètres, initié par Denton, à dix minutes de la fin du match (70e, 31-18). Une belle récompense pour un joueur talentueux. Dans les dernières secondes, Danny Care allait lui aussi derrière l’en-but, en force, alors que l’Ecosse était en rupture physique depuis un long moment (81e, 38-18). Match à six essais, spectacle garanti pour tout le monde.

Dans cette facilité anglaise à prendre l’axe, grâce à une puissance sans commune mesure à celle de son adversaire, le tout nouveau premier centre Billy Twelvetrees s’est amusé. Souvent sollicité dans les intervalles, il a beaucoup fait jouer derrière lui. Il s’est même offert un essai pour sa première sélection (45e). Sans trembler, l’Angleterre a remporté ce premier match à domicile. Tout semble indiquer qu’elle n’a pas forcé son talent, et qu’elle devrait se montrer encore plus dangereuse les prochaines semaines.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×