6 Nations

L'Angleterre tout en puissance

Grâce à une mêlée ultra-dominatrice, l'Angleterre a corrigé l'Irlande à Twickenham (30-9) et termine le Tournoi 2012 à la deuxième place. Malgré une pluie battante, les Anglais ont su se montrer moins maladroits que les Irlandais, apathiques en attaque. Lancaster gagne du crédit pour la suite.

 
Angleterre en puissance - Rugby - 6 NationsAFP
 

Avec la victoire du pays de Galles face à la France (24-22) peu avant dans l’après-midi, l’intérêt de la rencontre entre Anglais et Irlandais avait un peu diminué. Car le XV de la Rose ne pouvait plus remporter le Tounoi. Mais ne pensez pas pour autant que les deux équipes n’allaient pas vouloir la victoire, tant la rivalité est forte entre les deux nations. Sans parler bien entendu de la situation des deux sélectionneurs Stuart Lancaster et Declan Kidney, dont l’avenir n'est pas encore assuré.

Mais au final, il n’y a pas vraiment eu photo entre l’Angleterre et l’Irlande. Les Anglais, même s’ils ont fait preuve de fébrilité sur les chandelles en première période, ont été largement au-dessus de leurs adversaires. Et leur succès, ils l’ont construit petit à petit. Car, si à la pause, les spectateurs présents étaient sevrés de beau jeu, ce ne fut pas le cas au retour des vestiaires. Après un mano à mano entre les buteurs Owen Farrell (9 points) et Jonathan Sexton (6 points), les Anglais prennaient l’avantage plus nettement grâce à un pack de devant mettant au supplice leur homologue irlandais. Que ce soit en mêlée ouverte ou fermée, les Corbisiero, Cole et compagnie ont été souverains. Rarement l’on avait vu les coéquipiers de Rory Best autant mis sur le reculoir. Et malgré une copie raisonnable rendue par le capitaine et talonneur de l’Ulster, il n’a pu empêcher le naufrage des siens, à la peine dans les transmissions et coupables d’un nombre d’en-avant peu dignes de leur statut. Certainement que la pluie ne les a pas aidé.

Pas de solutions pour les Irlandais

Souvent privée de ballons d’attaque, la charnière Reddan-Sexton n’a pas sur réellement quoi en faire lorsqu’elle en avait la possession. Et ce n’est pas la rentrée de Ronan O’Gara qui a changé la donne, le XV du trèfle de ce jour était sans solution. Au contraire, c’est sereinement que les Anglais ont construit leur succès grâce à leurs avants qui n’ont cessé d’avancer. A force de sans cesse subir la pression dans leurs vingt-deux, les Irlandais encaisseront deux essais. Tout d’abord sur un essai de pénalité, puis par le malicieux Ben Youngs qui jouait vite une pénalité à la main et arrivait à aplatir devant Jamie Heaslip.

Alors, si les Irlandais se réveilleront certainement avec des maux de tête à la suite de leur samedi après-midi catastrophique, les Anglais, eux, finissent le Tournoi avec pas mal de certitudes. Sélectionneur par intérim, Suart Lancaster a réussi à redonner rapidement des couleurs à cette équipe qui avait manqué sa Coupe du monde. Et si les Foden et Ashton n’ont pas eu l’occasion de montrer l’étendue de leur talent, l’ouvreur Owen Farrell et le troisième ligne Tom Croft auront livré de belles prestations. Nul ne peut encore certifier si Farrell va réussir à prendre le relais de Johnny Wilkinson mais une chose est sûre, le garçon est prometteur.

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |