6 Nations

PSA: "On commence une nouvelle aventure"

Le sélectionneur du XV de France, Philippe Saint-André, a tenu à expliquer les six changements apportés au sein de son groupe pour le dernier match du Tournoi au pays de Galles. Il évoque le "début d'une nouvelle aventure" et reconnait qu'il a souhaité intégrer des joueurs frais physiquement.

 
"Une nouvelle aventure" - Rugby - 6 NationsMidi Olympique
 

Le résultat du match n’a pas changé

"Le résultat du match n’a pas changé. Il fait toujours aussi mal. On a pourtant bien débuté. Les dix premières minutes sont positives. On se crée une occasion d’essai, on loupe une pénalité. Mais on a connu des difficultés dans la réorganisation défensive quand nous avons perdu des ballons en attaque. Nous avons encore manqué de finition, alors que nous avions des solutions de marquer. Certains joueurs étaient en difficulté à cause de l’intensité mise par les Anglais. Jouer trois matchs d’affilée quand les Anglais se sont reposés un week-end ne nous a pas aidés. Nous avons manqué de lucidité et de réactivité. Nous avons eu du mal à passer d’attaquant à défenseurs. Les Gallois vont tout jouer, vont vouloir nous mettre dans des niveaux de fatigue que l’on ne supporte pas. Il y avait besoin de sang frais".

Remercier Lionel Nallet

"Je prends 24 joueurs parmi lesquels ne figure pas Lionel Nallet. Je tenais à le remercier. Les jeunes joueurs durant ces semaines passées à ses côtés ont beaucoup appris. Ils doivent suivre son exemple. Ils doivent apprendre de son investissement, de son humilité, de son professionnalisme. Vincent Clerc nous quitte blessé. Julien Dupuy a eu du mal au niveau du rythme, de la vitesse, et de l’intensité. Physiquement, il était occis au bout d’une demi heure. Au niveau international, ce n’est pas possible. Ce n’est pas pour cela qu’il ne reviendra pas. Julien Malzieu a fait un très bon début de Tournoi, mais a connu un gros coup de fatigue face aux Anglais. Je demande de la constance au niveau international. Il reste des incertitudes en troisième ligne. Julien Bonnaire souffre d’un hématome au coude, Thierry Dusautoir et Imanol Harinordoquy de contusions au genou".

Une nouvelle aventure avec Buttin

"Je lance Jean-Marcellin Buttin lors du dernier match à Cardiff alors que je ne voulais pas le faire plus tôt au Stade de France. La pression sera différente. Il est polyvalent, possède des qualités physiques exceptionnelles. C’est ce que je recherche pour l’avenir. J’avais commencé à ouvrir le groupe avec Fofana ou Maestri. On commence une nouvelle aventure".

Fritz plutôt que David

"Il y a eu une discussion sur le choix de Florian Fritz plutôt que le rappel de Yann David. David était blessé, il y a quinze jours, est entré en cours de partie, il y a une semaine. Nous allons avoir besoin de la solidité à l’impact de Florian Fritz contre le pays de Galles qui possède quatre joueurs à plus de 100 kilos au milieu du terrain".

La polyvalence en étendard

"Ecarter Maxime Mermoz qui n’a pas débuté un match du Tournoi a été le choix le plus difficile. C’est un choix stratégique par rapport aux Gallois et la puissance de leurs trois quarts. Sa non polyvalence le dessert aussi. Au centre j’ai de multiples solutions avec Fofana qui peut jouer à l’aile, avec Poitrenaud qui peut jouer centre, avec Trinh-Duc qui peut jouer centre également. Je veux des polyvalents. Alexis Palisson peut jouer à l’aile ou à l’arrière. Maxime ne peut que jouer douze. Mais il sera sûrement de la tournée en Argentine. Je regarde et prépare le futur".

Les jeunes doivent se mettre au niveau de Servat

"Servat va jouer son dernier match avec nous. Il y a en France des talonneurs à gros potentiels, mais ils ne sont pas à son niveau. Il faut qu’ils s’y hissent et nous le montrent dans leur match de Top 14. On a pas beaucoup de dix en France, mais on a les deux meilleurs en équipe de France. Il nous faut les optimiser dans l’équipe, dans le fonctionnement, dans le système que l’on souhaite".

Le futur

"Je savais que le chantier était énorme. Il va falloir trouver des remplaçants à Servat, Bonnaire et Nallet. Le constat n’est pas nouveau, mais on joue trop en France. 40 matchs par an, de cette intensité, ce n’est pas possible. Il faut se poser les bonnes questions et proposer des solutions lors des assises du rugby. En juin Patrice et Yannick seront avec moi à plein temps. Nous irons dans les clubs, nous suivrons 60 joueurs au quotidien. Nous travaillerons main dans la main avec les clubs, avec les entraîneurs et les préparateurs physiques".

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |