maxime médard chabal huget france 2011 - DPPI
 
Article
commentaires
6 Nations

Les Bleus passent le cap vert

Les Bleus passent le cap vert

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 13/02/2011 à 19:55 -
Par Rugbyrama - Le 13/02/2011 à 19:55
Une semaine après son succès contre l'Ecosse, l'équipe de France a confirmé en s'imposant sur le fil (25-22) en Irlande, ce dimanche. Si les Bleus ont encaissé trois essais, ils ont su trouver les ressources pour rester invaincus et conserver leurs chances de défendre leur titre dans le Tournoi.

La chance sourit aux audacieux paraît-il. Et en Irlande ce dimanche, les Bleus ont été audacieux. Désorganisés, certes, rarement capables de franchir la ligne, d'accord, mais ils n'ont jamais fermé le jeu et ont été récompensés de ces velléités offensives par l'essai de Maxime Médard à la 55e, qui constitue certainement le tournant du match. Sans être géniaux, ils ont réussi à venir à bout d'une équipe d'Irlande revancharde.

Avant cet essai libérateur – le seul de la France durant la rencontre -, les Tricolores avaient dû compter sur la botte de Morgan Parra pour rester en course. Largement dominés dans la possession de balle en début de match, ils pliaient très vite. Un premier essai était refusé à Fitzgerald à la troisième minute de jeu, mais celui de McFadden, accordé celui-là, intervenait seulement deux minutes plus tard. L'Irlande entamait la partie tambours battants mais les Tricolores, rusés, la poussaient à la faute. C'est ainsi que Parra leur permettait de coller au score et même de prendre l'avantage 12-10 (12e, 19e, 22e, 28e). Volontaires mais maladroits, gênés par la roublardise des Diables verts dans le jeu au sol, des sorties de balles trop lentes et une défense adverse agressive, les Bleus ne parvenaient pas à véritablement créer le danger. A l'inverse, les coéquipiers de Brian O'Driscoll mettaient la panique sur la plupart de leurs offensives.

L'indiscipline irlandaise

Les Tricolores perdaient leur sang froid en fin de première période et se mettaient eux aussi à la faute. C'est ainsi qu'ils laissaient leurs adversaires reprendre l'avantage juste avant la pause, à l'issue d'une pénaltouche et d'un essai inscrit par O'Leary après un enchaînement de pick and go (15-12). Au retour des vestiaires, la France était prise sur sa principale force : la mêlée (sanctionnée de deux bras cassés et de deux pénalités). Sans ballons, elle s'appuyait encore sur ses buteurs pour scorer (50e, 63e). Sur ses individualités également. A la 55e, Rougerie, auteur d'une très bonne prestation, prenait l'intervalle sur la ligne médiane, fixait parfaitement Fitzgerald et servait Médard qui filait à l'essai.

Les Irlandais rétorquaient à la 68e, avec un essai d'Heaslip après une séquence incroyable de trois minutes de jeu à quelques mètres de la ligne d'en-but français. Mais malgré le support indéfectible d'un Aviva Stadium vibrant et résonnant et une énorme occasion dans les toutes dernières secondes de la partie, ils ne parvenaient pas à refaire leur retard. "Si nous faisons autant de fautes que la semaine dernière, on va se faire détruire", avait prévenu le capitaine Brian O'Driscoll dans la presse cette semaine. Il avait vu juste. C'est bien là que les joueurs du Trèfle se sont faits cueillir. Comme à Croke Park en 2007, ils ont encore laissé les Bleus leur gâcher la fête pour leur première sortie du Tournoi des 6 Nations dans leur nouveau stade. Sacrés Français qui, s'ils n'ont pas vraiment rassuré dans leur jeu et ont encore encaissé trois essais, se sont montrés entreprenants en attaque et ont fait preuve d'une belle solidarité. C'est justement ce que leur avait demandé Marc Lièvremont.