Julien Dupuy - Entraînement France - Mars 2012 - Icon Sport
 
6 Nations

Attaque : la vie de chantier

Attaque : la vie de chantier

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 10/03/2012 à 11:22 -
Par Rugbyrama - Le 10/03/2012 à 11:22
Les trois-quarts français se sont avant tout illustrés par leurs exploits individuels lors des trois premières rencontres. Les lignes arrière ne jouent pas encore en équipe. Les intéressés demandent du temps pour prendre leurs repères. Le staff leur a en tout cas maintenu sa confiance.
 

Avec sept essais en trois rencontres, le XV de France se classe deuxième au classement provisoire des attaques du Tournoi, à deux réalisations de l'Irlande et à égalité avec le pays de Galles...Les chiffres n'inquiètent pas. Mais les images interrogent: le plus souvent, la brèche s'est ouverte grâce à des exploits individuels. Merci Malzieu, merci Fofana et ainsi de suite...Sur attaques placées, en première main, la ligne de trois-quarts parvient rarement à surprendre ses adversaires. "Il ne faut pas se voiler la face, avoue Wesley Fofana, meilleur marqueur des Bleus (trois essais). L'équipe n'a pas beaucoup marqué sur ses lancements". Première explication à cette petite zone d'ombre: "Cela fait un mois que je connais les joueurs autour. Il ne peut pas y avoir une fluidité immédiate, il faut du temps pour apprendre à se connaître. En plus, il y a de nouveaux coachs, un nouveau système..."

Aurélien Rougerie, considéré comme le patron des lignes arrière, demande aussi du temps et de la tolérance: "Nous sommes en chantiers, il faut répéter les choses, travailler le timing, les repères... Il ne faut pas être trop sévère, nous n'avons joué que trois matchs". Les séances vidéo ont apporté chaque semaine des critiques mais aussi des sources d'espoirs et de satisfactions: "Tout le monde a pu voir que l'équipe s'était procurée des situations favorables contre l'Irlande elle mais n'a pas su les concrétiser", explique Clément Poitrenaud. "Nous voyons que les exploits individuels arrivent car les joueurs sont mis dans de bonnes dispositions", poursuit Rougerie.

"Ne plus foutre le ballon dans les mains adverses"

Cette semaine, les lancements, les courses et le timing ont encore été répétés avec le plus grand soin. Wesley Fofana espère donc des progrès rapides: "Avec le temps et le travail réalisé à l'entraînement, ça devrait s'améliorer rapidement". Pourquoi pas dès ce week-end ? De l'intégration de la nouvelle charnière Dupuy-Beauxis à la ligne de trois-quarts dépendra en grande partie la réponse...Mais au-delà des questions de réglages et de rodage, on peut s'interroger sur la configuration de cette ligne de trois-quarts: les centres Fofana et Rougerie, en ailiers de formations, sont avant tout connus pour leur punch et leur capacité à casser la ligne balle en main. Moins pour leur faculté à animer le jeu autour ou à passer les bras.

Les cinq passes réalisées par Wesley Fofana depuis le début du Tournoi tendraient à le confirmer. Les difficultés rencontrées par Rougerie pour assurer la continuité des attaques aussi..."Pour progresser, il faudrait déjà éviter de faire tomber les ballons ou le foutre dans les mains adverses", ironise l'intéressé, en référence à tous les en-avant et à sa passe "décisive" pour l'Irlandais Bowe...Le staff croit en tout cas en cette ligne de trois-quarts 100 % trois-quarts aile et a décidé de miser sur la continuité. Côté anglais, ce chantier paraît encore plus vaste: les hommes de Lancaster ont inscrit seulement deux essais en trois rencontres, le plus faible total du Tournoi. Deux réalisations inscrites, en plus, sur des dégagements contrés par Charlie Hogdson. Quand on se regarde, on se désole, quand on compare, on se console...

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×