Wesley FOFANA - 26.02.2012 - France - Icon Sport
 
Article
commentaires
6 Nations

La France a tremblé

La France a tremblé

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 26/02/2012 à 18:26 -
Par Rugbyrama - Le 26/02/2012 à 18:26
Les Bleus ont vraiment souffert pour venir à bout d'Ecossais très joueurs et performants dans le jeu au sol (23-17) ce dimanche. Saint-André enregistre son premier succès à l'extérieur et reste en course pour le grand chelem. Dominée dans la possession, la France a pu compter sur sa mêlée royale.
 

Philippe Saint-André avait insisté toute la semaine sur la capacité des Ecossais à tenir le ballon. Dès les premières minutes, les Bleus ont pu le vérifier. Pris à la gorge par des adversaires survoltés par un "Flowers of Scotland" encore d'anthologie, ils ont terriblement souffert d'entrée. Sous pression, ils ont dû céder rapidement. Après une énorme séquence de jeu et plusieurs renversements, le XV du Chardon marquait un premier essai en coin par Hogg dès la 8e (7-0). Fébriles défensivement en début de rencontre à l'image de Szarzewski et Rougerie pris à plusieurs reprises, les Français étaient absents des débats même si leur capitaine, Thierry Dusautoir, tentait de réveiller les troupes et de montrer l'exemple avec un plaquage monumental sur ses 22 mètres (14e).

Après la 20e, la domination écossaise s'était altérée quelque peu et les Bleus en profitaient pour se créer une première occasion d'essai par Clerc après une relance de 80 mètres de Médard (23e). Mais logiquement, ce sont les hommes de Robinson qui portaient le score à 10-0 grâce à une pénalité de Laidlaw (26e). A cet instant, il paraissait impossible qu'un quart d'heure plus tard, Morgan Parra ait eu l'opportunité de donner l'avantage aux siens avant de regagner les vestiaires (40+1e). Et pourtant, il n'a suffi que d'une action construite dans le camp adverse pour voir la France franchir l'en-but. Une pénaltouche, une série de pick and go, un duel gagné par Trinh-Duc sur Laidlaw et c'est Fofana qui inscrivait son deuxième essai en deux sélections (28e). Une pénalité de Parra onze minutes plus tard et les deux formations se retrouvaient à égalité (10-10).

Deux essais en trois minutes

Il était dit que ce match serait fou jusqu'au bout. Dans le second acte, les différents acteurs sont passés par tous les états. Les Ecossais, dangereux, menés après une pénalité de Parra (47e), pensaient certainement avoir pris un ascendant décisif en marquant un magnifique essai par l'intermédiaire de Jones, encore en coin (56e). 17-13 en leur faveur. Oui mais... Trois minutes après, c'était au tour des trois-quarts français de se mettre en évidence. Un petit côté parfaitement exploité par Parra, un travail magnifique de Malzieu le long de la ligne de touche qui renversait son adversaire direct, et servait Médard pour le deuxième essai des Bleus (20-17). Cela ne suffisait pas à refroidir les intentions d'Ecossais sur chacune de leurs intrusions dans le camp français.

Et malgré un drop de Beauxis (69e), rentré en jeu après la sortie sur blessure de Médard, qui aurait pu mettre ses partenaires à l'abri, les Bleus ont tremblé jusqu'au bout face à une équipe écossaise qui a clairement franchi un palier ces derniers mois. Ils ont tremblé, notamment parce que Beauxis a raté la pénalité pour assurer la victoire à la 79e, mais se sont offert le premier succès à l'extérieur de l'ère Saint-André. Surtout, ils sont encore et toujours en course pour réaliser le grand chelem, comme le pays de Galles... Où ils se déplaceront lors de la dernière journée.