PA Photos
 
6 Nations

Angleterre : Cueto out, Care dérape (encore)

Angleterre : Cueto out, Care dérape (encore)

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 04/01/2012 à 13:00 -
Par Rugbyrama - Le 04/01/2012 à 13:00
A quelques jours de l'annonce des 32 joueurs du XV de la Rose, les têtes de joueurs commencent à tomber. Mark Cueto et Danny Care sont les premières victimes. Le premier est vraisemblablement trop vieux, tandis le second fait les frais de ses frasques nocturnes.
 

A tout juste une semaine de l’annonce du groupe de 32 joueurs anglais qui participeront au Tournoi des 6 Nations, les spéculations concernant l'identité des sacrifiés vont bon train Outre-manche. Un groupe vieillissant, une Coupe du monde sportivement décevante et désastreuse en terme d’image qui a suivi une victoire du Tournoi gâchée par la déception d’avoir manqué le Grand Chelem... les raisons justifiant un grand remue-ménage ne manquent pas, d’autant que le XV de la Rose vient de se munir d’un nouveau staff. Et même s’il ne sera qu’intérimaire jusqu’au mois de juin, Stuart Lancaster sera l’homme qui tournera la page sur quatre années d’une ère Martin Johnson qui ne laissera pas un grand souvenir dans les mémoires.

Changement de méthodes, mais changement d’hommes également. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les trentenaires n’ont pas la côte aux yeux de Lancaster, qui souhaite rajeunir son effectif. La semaine dernière, les premières rumeurs concernant l’identité des laissés pour compte commençaient à filtrer... Mike Tindall, Nick Easter... et Mark Cueto. Les rumeurs se sont avérées pour ce dernier, qui a confié au Daily Telegraph que Stuart Lancaster l’avait informé de sa non-sélection. "Je ne sais pas si je peux le dire mais... J’ai rencontré Stuart. Il m’a dit que j’arrivais au bout de l’aventure avec la sélection. Je ne jouerai pas les 6 Nations". L’ailier de Sale a pourtant indiqué qu’il ne comptait pas prendre sa retraite internationale  : " Personne ne sait qui prendra les commandes de la sélection après le Tournoi. Je sens que je peux encore évoluer au niveau international".

Easter s’inquiète, Care rattrapé par la patrouille

Pendant ce temps, Nick Easter, le troisième-ligne des Harlequins a senti le vent venir. Il faut reconnaître qu’à trente-deux ans, il n’est plus vraiment un joueur d’avenir. Il a ainsi réaffirmé ces derniers jours son envie de "jouer et de se battre " pour sa place. Il a également rappelé qu’il ne souhaitait pas terminer sa carrière "sur une mauvaise note comme le Mondial en Nouvelle-Zélande. Je veux toujours représenter mon pays. La carotte est toujours là." Au moins, ses performances avec les Harlequins, premiers en Premiership, ainsi que son professionnalisme en dehors du terrain plaident en sa faveur.

En revanche, ce n’est pas le cas de son coéquiper Danny Care qui vient d’être exclu de la liste des potentiels sélectionnables pour le Tournoi en raison d’un contrôle d'alcoolémie positif le soir du Nouvel an alors qu’il conduisait, un comportement que n'a pas apprécié Stuart Lancaster : "C'est sa deuxième arrestation en trois semaines pour des problèmes d'alcool, ce qui est totalement inacceptable", a déclaré l'entraîneur. Le sulfureux demi de mêlée international (24 ans, 30 sélections) n’a vraisemblablement pas retenu la leçon puisqu’il avait été sanctionné financièrement par son club il y a trois semaines. Il avait été arrêté par la police dans la nuit suivant la défaite face à Toulouse en H Cup au Stoop Stadium, à trois heures du matin, pour une altercation. Les examens avaient révélé qu’il était en état d'ébriété. Fautif, Care a décidé de ne pas contester l'accusation. "Je voudrais souligner qu'à aucun moment je n'ai eu conscience d'avoir dépassé le taux d'alcoolémie autorisé, mais je reconnais que je n'aurais pas dû prendre la voiture et que je dois en accepter les conséquences", a-t-il déclaré dans un communiqué. Décidément...

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×