Cusiter Ecosse - Icon Sport
 
6 Nations

L’Ecosse ne roule pas des mécaniques

L’Ecosse ne roule pas des mécaniques

Par Rugbyrama
Par Rugbyrama - Le 22/01/2010 à 11:39
Le staff écossais a dévoilé mercredi le groupe des trente joueurs retenus pour le début du Tournoi des 6 Nations, contre la France. L'ouvreur Dan Parks est de retour après avoir manqué les tests d'automne. Richie Gray et Ruaridh Jackson sont appelés pour la première fois. Analyse.
 

L’Ecosse se prépare à affronter la France avec, à sa tête, un entraîneur anglais, Andy Robinson qui a pris ses fonctions l’été dernier. Les Ecossais sont ils optimistes avant de retrouver les Tricolores ? Pas vraiment, dans la mesure où ils sortent d’une défaite à domicile contre une équipe d’Argentine amoindrie (9-6), une claque qui a presque fait oublier la victoire historique contre l’Australie (9-8) une semaine plus tôt : un succès particulièrement heureux si l’on se rappelle la physionomie du match (domination australienne mais faillite de leurs buteurs).

Les Ecossais ne roulent pas des mécaniques d’autant plus qu’ils seront privés de trois ou quatre talents certains : le troisième ligne Clermontois Jason White, blessé au genou, et de Mike Blair l’excellent demi de mêlée d’Edimbourg (lui, c’est la cheville qui le fait souffrir). Reste le cas du Toulonnais Rory Lamont, gravement touché lui aussi à la cheville contre l'Argentine le 28 novembre, et qui reprend juste la compétition avec son club. Si ses sensations sont bonnes mercredi prochain contre Montpellier en Top 14, il pourrait rejoindre in extremis le groupe qui passerait alors à 31. Quant à, Euan Murray leur meilleur pilier de mêlée ne jouera pas contre les Bleus en raison de ses nouvelles convictions religieuses (le match aura lieu un dimanche). Le cas de Simon Taylor est en suspens : absent depuis douze semaines, il vient de faire tout juste son retour avec le Stade français mais a laissé entendre qu’il avait pris sa retraite internationale.

Qui à l'ouverture ?

Dans ces conditions, une victoire serait un exploit pour une équipe qui n’a battu la France qu’une seule fois en dix ans (en 2006). Ceci dit, Andy Robinson dispose de quelques atouts dans sa manche : le bon parcours des deux franchises professionnelles en Ligue celte qui donne le goût de la victoire à ses hommes et l’émergence de quelques jeunes, comme le pilier de Glasgow Moray Low et le talent offensif d’une ligne de trois quarts rapide et vive, si toutefois on lui donne de bons ballons. C’est bien ça le problème, les Ecossais craignent par-dessus tout que leur pack explose contre celui du XV de France. Reste le cas de l’ouvreur, l’un des rares postes où Robinson a une abondance de biens : va-t-il choisir Godman de Edimbourg comme en novembre ou Dan Parks excellent depuis deux mois avec Glasgow ? Le premier est un bon lanceur d’attaque, le second un géomètre au pied. Un vrai choix stratégique.

Le groupe écossais .- Avants : John Barclay, Johnnie Beattie, Kelly Brown, Alasdair Dickinson, Ross Ford, Richie Gray, Dougie Hall, Jim Hamilton, Nathan Hines, Allan Jacobsen, Alastair Kellock, Scott Lawson, Moray Low, Alan MacDonald, Euan Murray, Alasdair Strokosch

Arrières : Chris Cusiter, Simon Danielli, Nick De Luca, Max Evans, Thom Evans, Phil Godman, Alex Grove, Ruaridh Jackson, Sean Lamont, Rory Lawson, Graeme Morrison, Chris Paterson, Dan Parks, Hugo Southwell

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×