6 Nations

Feu vert pour Rougerie

Dimanche à Dublin, Aurélien Rougerie a effectué sa meilleure sortie sous le maillot tricolore depuis qu'il porte le numéro 13. Bien qu'il connaisse encore des difficultés sur le plan défensif, le Clermontois a été un attaquant précieux et surtout déterminant, à l'origine du seul essai tricolore.

 
Feu vert pour Rougerie - Rugby - 6 NationsIcon Sport
 

C'est l'une des bonnes pioches de Marc Lièvremont. Replacer Aurélien Rougerie au poste de trois-quarts centre sur la scène internationale quelques mois seulement après ses débuts en championnat de France constituait un pari osé. Et si le capitaine de l'ASMCA n'est pas encore exempt de tout reproche, il faut bien constater qu'il progresse. Vite. Dimanche en Irlande, il fêtait sa 61e sélection, la quatrième avec le numéro 13 dans le dos. Après l'Argentine, l'Australie et l'Ecosse,il a signé sa meilleure performance en bleu depuis son repositionnement.

Dans une ligne d'attaque complètement atone, l'ancien ailier fut le seul Tricolore capable de franchir la ligne de défense adverse et de créer le danger. Toujours aussi puissant (il pèse 103 kg), il a même fait basculer le match en étant à l'origine de l'unique essai des siens (55e). Après avoir transpercé le rideau irlandais, il a parfaitement fixé Fitzgerald et a offert un véritable caviar à Maxime Médard, qui n'avait plus qu'à aplatir. Une deuxième passe décisive en deux matchs. Contre l'Ecosse, Aurélien Rougerie avait déjà servi Médard sur un plateau, avec une passe au pied millimétrée qui avait abouti au premier essai de la rencontre. Et à l'Aviva Stadium, son très bon travail sur l'occasion de Poitrenaud (31e), durant laquelle il fixa deux défenseurs avant de passer à l'arrière toulousain, fut également remarqué.

Des lacunes défensives

Une bonne performance sur le plan offensif que que Marc Lièvremont n'a pas manqué de noter: "Je l'ai trouvé très bien, très tranchant, a-t-il déclaré à la sortie des vestiaires. Je suis content de ce qu'il nous apporte dans son implication, dans son abattage sur le terrain et dans ses qualités de course. C'est lui qui a provoqué notre déclic. Il a bien rétabli deux situations également". "Je ne sais pas si j'ai été tranchant mais je me suis senti bien", confirmait pour sa part le joueur de 30 ans.

La copie est encourageante donc, mais pas parfaite toutefois. Explications du sélectionneur: " Il a encore connu quelques soucis défensifs sur le jeu irlandais, avec des passages à vide et des montées décalées. Mais il a rectifié le tir en deuxième mi-temps". Le technicien français parle ainsi de ces franchissement répétés des trois-quarts irlandais dans la zone du Clermontois. Il ne s'en cache pas: "Je ne peux pas être vraiment satisfait, j"ai eu du mal défensivement en première mi-temps, reconnaît-il. J'ai été obligé de faire des choix : rester sur D'Arcy ou partir au large sur O'Driscoll... J'ai connu pas mal de déchets dans ce secteur mais j'ai encore de nombreuses choses à voir et beaucoup de travail à effectuer pour exister véritablement à ce niveau". Il lui reste sept mois pour cela avant de s'envoler pour la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande. Aurélien Rougerie en a déjà connu deux, avec le numéro 14. S'il continue comme ça, il jouera la troisième en portant le numéro 13.

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |