Icon Sport

Les souvenirs marquants de France-Ecosse

Les souvenirs marquants de France-Ecosse
Par Rugbyrama

Le 15/03/2013 à 18:59

Le 42e France-Ecosse de l'histoire dans le cadre du tournoi se tiendra samedi au Stade de France. Retour sur quelques précédents duels entre les deux pays sur le sol français. Il faut notamment remonter à 14 ans en arrière pour trouver trace d'un succès écossais en France.

1911: Première victoire

Le 2 janvier 1911 reste la date du tout premier duel entre la France et l'Ecosse sur le sol français. A Colombes, les Tricolores s'imposent d'un cheveu, 16-15, obtenant leur premier succès face au XV du Chardon. Ils devront attendre 1924 pour battre à nouveau les Ecossais.

1922: Le seul sans vainqueur

Le match ouvre le Tournoi le 2 janvier, à Colombes. L'année précédente, les Bleus ont signé à Inverleith (0-3) la première victoire de leur histoire en Ecosse. Le score sera tout aussi étriqué mais il n'y aura pas de gagnant. Après un essai marqué de chaque côté, les deux équipes se quittent sur un résultat nul (3-3), le seul de l'histoire entre les deux pays dans le cadre du Tournoi. Une compétition que le XV tricolore terminera cette année là sans victoire, malgré un autre match nul en Angleterre (11-11).

1981: Le début de l'ère Fouroux

L'Ecosse débarque à paris pour la première journée d'un Tournoi que les Français abordent en plein doute. Après une édition 1980 très décevante (une seule victoire, arrachée face à l'Irlande) et des tests catastrophiques (défaite 15-0 en Roumanie!), le XV de France n'est pas au mieux. Le groupe se cherche une identité. Il s'agit du premier match du nouveau sélectionneur, Jacques Fouroux, tout juste retraité des terrains. L'ancien demi de mêlée s'appuie sur un mélange des générations, entre les héros du grand Chelem 1977 (Rives, Paparemborde, Bertranne) et des petits nouveaux comme Pierre Berbizier, dont c'est la première sélection) ou Serge Blanco (troisième sélection, mais la première dans le Tournoi). La mise en bouche écossaise se passe bien. Blanco, aligné à l'aile, marque dès la 9e minute le premier essai de sa carrière internationale. L'autre essai du jour est signé Roland Bertranne, qui égale au passage le record de sélections de Benoît Dauga (63).La France s'impose 16-9. Mais il est encore difficile d'imaginer que cette équipe est en route pour son troisième Grand Chelem.

1987: Le jour de gloire de Bonneval

Trois essais en première main (dont le dernier, somptueux) où la vitesse de l'ailier toulousain fait merveille. Il égale Darrouy et Crauste, les précédents auteurs d'un triplé en équipe de France. Philippe Bérot en ajoute un quatrième. Les Bleus mènent 25-10 à l'heure de jeu mais le pack est épuisé d'avoir tant couru. L'Ecosse finit plus fort mais les hommes de Fouroux l'emportent 28-22. Une semaine plus tard, ils réussiront le Grand Chelem à Dublin. Bonneval, héros d'un jour, manquera malheureusement la Coupe du monde, cette même année, pour une grave blessure au genou.

1995: La fin de la disette

Cette année-là, une de plus, l'Ecosse se rend en victime au Parc des Princes. La France est en effet invaincue face au Chardon sur son sol depuis 26 ans et une défaite à Colombes (3-6), en 1969. Les Bleus restent donc sur douze victoires à domicile face aux Ecossais dans le Tournoi. Devant 45 000 spectateurs, Gavin Hastings va à lui seul ou presque battre les Français avec un essai, deux pénalités et trois transformations. Son essai, il l'inscrit à la 77e minute alors que la France, menée à la pause (5-13), pensait avoir fait le plus dur en revenant grâce à Sadourny et Saint-André (21-16). Mais l'arrière écossais avait encore de l'envie et du jus... C'est le troisième succès de l'Ecosse au Parc après 1913 et 1920, soit 75 ans d'attente avant de dompter de nouveau l'enceinte de la Porte de Saint-Cloud.

1997: Le festival Lamaison

D'abord en Irlande, face au pays de Galles et surtout à Twickenham, où les Anglais mènent 20-6 avant de s'incliner 23-20! C'est donc avec le Grand Chelem en jeu que les Français accueillent l'Ecosse au Parc. L'occasion est belle. Ils ne vont pas la laisser passer. La rencontre, à sens unique, voit le XV de France inscrire quatre essais et 47 points, son record face à l'Ecosse. Autre record, celui de Titou Lamaison, autre de 24 points, le record dans un match du Tournoi.

1999: Le dernier 5 Nations

Quand l'Ecosse se rend au Stade de France pour la première fois de son histoire en ce 10 avril, elle est en position de remporter le Tournoi. Mais il lui faut battre largement les Français avant d'espérer une défaite anglaise au pays de Galles. Contre toute attente, c'est ce qui va se produire. Le Chardon est déchaîné et inscrit trois essais dans le premier quart d'heure (9e, 11e, 14e) pour répondre à l'ouverture du score de N'Tamack (2e). A la demi-heure de jeu, quatre essais supplémentaires, deux de chaque côtés, ont été marqués. A la pause, le match est plié (22-33). En seconde période, Logan rajoute trois petits points pour ce qui sera le score le plus prolifique d'une équipe d'Ecosse sur le sol français (22-36). En cette année de Coupe du monde, la France termine dernière du Tournoi et l'Ecosse soulève le trophée. Depuis, elle attend encore. Pour le Tournoi et pour la victoire au Stade de France.

2007: Et Vermeulen surgit...

La France vient de perdre en Angleterre (26-18) et ne peut plus jouer le Grand Chelem. Elle peut tout de même remporter le Tournoi en battant largement l'Ecosse. Au coup d'envoi, les Bleus apprennent que l'Irlande vient de s'imposer en Italie (24-51) et qu'ils doivent dominer le Chardon par plus de 23 points d'écart. A la pause, les hommes de Bernard Laporte ne mènent que 20-12. Harinordoquy et Jauzion ont répondu à Walker et Lamont. En seconde période, les Tricolores déroulent. Marty et Heymans marquent mais à la 76e, les Ecossais inscrivent un troisième essai (39-19). Il manque quatre points aux Bleus quand Elvis Vermeulen, blessé au début de la compétition, fait son entrée et, suite à une penaltouche, va marquer après arbitrage vidéo à la 80e. La France l'emporte 46-19 et enlève son 32e Tournoi.

2011: La mêlée bleue écrase tout

Icon Sport

Heureusement pour Lièvremont et ses hommes, la mêlée s'avoue, comme bien souvent, impériale. Bien contré pendant trente minutes, le XV de France décide alors de marquer au fer rouge le pack adverse. Et après une terrible épreuve de force devant l'en-but écossais, Servat and co obtiennent la sanction suprême avec un essai de pénalité accordé. L'Ecosse eut toutes les peines du monde pour s'en remettre, d'autant que le huit de devant tricolore ne relâcha jamais son étreinte. Une victoire au forceps mais qui permit de souder ce groupe avant la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande.

0
0