Reuters
 
Article
commentaires
6 Nations

O'Driscoll: "La juste récompense"

O'Driscoll: "La juste récompense"

Par AFP
Par AFP - Le 22/03/2009 à 12:15
Pour Brian O'Driscoll, l'Irlande, et cette génération exceptionnelle dont il fait partie, a largement mérité son Grand Chelem, acquis au terme d'un succès au pays de Galles samedi (17-15). Le capitaine du Trèfle rappelle le travail accompli pour décrocher ce premier titre depuis 1985.

Que représente ce titre pour le rugby irlandais?

Brian O'Driscoll: C'est la juste récompense de nombreuses années d'un lourd travail. Nous avons eu des bons moments et des moins bons. C'est un moment fantastique. On est passé tout près par le passé. C'est un bonheur absolu d'avoir enfin atteint l'objectif qu'on s'était fixé. Cette équipe est ensemble depuis de nombreuses années. Nous voulions quelque chose de grand, nous voulions un Grand Chelem.

A quoi avez-vous pensé au moment de la victoire?

B.O.D: On aurait pu perdre sur le fil. Donc il y a eu un instant de choc pendant quelques secondes. Ensuite, pendant les quelques minutes qui suivent, c'est de la joie pure, partagée avec ses équipiers, ceux avec qui on a mis son corps en première ligne. C'est le plus important: pouvoir les regarder en se disant qu'on a mis son corps en première ligne. C'est un sentiment agréable.

La victoire est décrochée sur un drop d'O'Gara, qui a été critiqué, y compris pendant ce Tournoi...

B.O.D: Ronan a parlé ce matin (ndlr: samedi). C'est quelqu'un qui parle avec passion. Il a réuni les arrières et a capté l'attention, 100% de l'attention de chacun... Ronan a eu des hauts, mais aussi quelques bas. Il a montré une grosse force de caractère en revenant pour passer ce drop. Comme s'il n'y avait pas de nerf dans son corps.

Cette victoire va vous enlever l'étiquette des éternels perdants, à qui il manque toujours un petit quelque chose.

B.O.D: Nous ne nous sommes jamais considérés comme des joueurs du "presque réussi". La marge entre la victoire et la défaite est si petite. On a toujours besoin de ce coup de pied un peu trop court, de ce rebond étrange, d'une décision arbitrale curieuse. Cela aide. Mais je pense que sur la performance générale, nous méritions la victoire. Mais c'est vrai qu'on a toujours besoin d'un coup de pouce de "Madame Chance". Elle nous l'a donné aujourd'hui pour les dix ans qui ont précédé.

Avec un nouvel essai, vous avez joué un rôle primordial dans ce triomphe...

B.O.D: Pour moi, c'est un bonus. Mais franchement, je me fiche complètement de qui a marqué cet essai.

Quelle est la part du nouvel entraîneur Declan Kidney dans cette victoire?

B.O.D: Il a mis de l'ordre dans une équipe fantastique. Il sait quelles sont ses forces. Ce n'est pas un secret: il a gagné deux Coupe d'Europe (ndlr: avec le Munster) et maintenant un Grand Chelem. Il a quelque chose de spécial, quelque chose qui ne s'invente pas, qu'on a ou qu'on n'a pas.