DPPI
 
Article
commentaires
6 Nations

Présentation: France

Présentation: France

Par Rugbyrama
Par Rugbyrama - Le 07/02/2009 à 07:00
Jusqu'à samedi, notre site vous propose une présentation de chaque équipe du Tournoi des 6 Nations. Aujourd'hui, le XV de France, dont on attend de réels progrès dans le jeu. Troisièmes en 2008, les Bleus de Marc Lièvremont ne sont pas favoris pour la gag

FICHE

Sélectionneur : Marc Lièvremont
Capitaine : Lionel Nallet
Hymne: La Marseillaise
Emblème : Coq
Tournoi 2008: 3e (3 victoires, 2 défaites)
Meilleur résultat: 8 Grands Chelems (1968, 1977, 1981, 1987, 1997, 1998, 2002, 2004)

OU EN EST LA FRANCE?

Le XV de France est toujours en pleine construction. Jeu à outrance lors du Tournoi 2008, plus posé en novembre, il se cherche. Les derniers tests n'ont pas permis de se faire une idée précise de la valeur de l'équipe. La victoire à l'arraché devant l'Argentine et la défaite encourageante face à l'Australie ont malgré tout confirmé que la France avait retrouvé sa mêlée, égarée quelque part en février dernier. Tel un chimiste, Marc Lièvremont teste, combine, ajoute, retire, afin de trouver la bonne formule. Ce Tournoi n'a pas vocation à être le laboratoire qu'il avait été en 2008 mais il le reste dans une moindre mesure. Ça tombe bien, le statut de grand favori est pour le pays de Galles, pas pour les Bleus.

L'OBJECTIF: La victoire

Quand le XV de France s'engage dans le Tournoi, c'est pour le gagner. Chaque année ou presque. Si l'édition 2008 a été sacrifiée sur l'autel des expérimentations, 2009 doit apporter des preuves significatives de progression. Aussi bien dans le jeu que dans les résultats. Pas de chance, il va falloir se déplacer trois fois cette année (Irlande, Angleterre, Italie). Pour faire aussi bien que l'année dernière, les Bleus devront donc se montrer intraitables à domicile devant l'Ecosse et le pays de Galles. Mais trois victoires suffisent rarement pour décrocher la timbale. Pour remporter le Tournoi, il faudra gagner soit à Twickenham, soit à Croke Park. Soit les deux...

LA STAR: Yannick Jauzion

Du haut de ses 30 ans, Yannick Jauzion fait figure de vieux de la vieille au milieu des jeunots. Pourtant, c'est sans doute l'un des premiers noms couchés sur la feuille par les sélectionneurs avant chaque composition. Référence mondiale au centre depuis plusieurs années, le Toulousain est un pion essentiel des lignes arrières tricolores. En 55 sélections, il n'a jamais déçu ou presque et une main devrait suffire pour compter ses mauvaises sorties avec les Bleus. Blessé lors des trois premiers matchs en 2008, il devrait se donner à fond. Sa personnalité n'en a jamais fait une star médiatique mais sur le terrain, son influence est réelle. C'est avec Thierry Dusautoir, l'autre vice-capitaine de l'équipe.

LE JOUEUR A SUIVRE: Sébastien Tillous-Borde

A 23 ans, Sébastien Tillous-Borde se voit confier les clés de la mêlée tricolore. Plus costaud que le tendre Morgan Parra, plus jeune que le roublard Jean-Baptiste Elissalde, le Castrais est vu par le staff tricolore comme l'avenir du poste au sein du XV de France. Marc Lièvremont l'a encore répété cette semaine. Il pense à la Coupe du monde 2011. Mais si le petit Kelleher (1,76 m, 93 kg), comme on le surnomme, est là, c'est aussi parce son profil de neuvième avant est séduisant. Sa sortie face aux Australiens en novembre a impressionné et c'est donc logiquement qu'il aura sa chance à plusieurs reprises dans ce Tournoi. A lui de les saisir.

LE SELECTIONNEUR: Marc Lièvremont

Pour son deuxième tournoi, Marc Lièvremont a encore innové avec un groupe plus jeune que jamais et la non-sélection de Jean-Baptiste Elissalde. Après une saison 2008 mitigée, dans le jeu comme les résultats (5 victoires, 5 défaites), le sélectionneur sait que tout le monde attend beaucoup de ce XV de France. Et lui aussi. "Il y aura plus d'exigence, plus d'attente, plus d'espoir car nous avons la conviction que notre groupe est fort. J'ai envie que ce groupe prouve sa valeur. On le sent homogène, solide, capable de produire du beau rugby et nous avons le sentiment qu'il peut battre n'importe qui".