Imago
 
Article
commentaires
6 Nations

L'Irlande sur un fil

L'Irlande sur un fil

Par Eurosport
Dans cet article
Par Eurosport - Le 09/02/2007 à 01:50
Le XV du Trèfle, comme Eddie O'Sullivan, savent qu'ils n'ont pas le droit à l'erreur. il leur faut au moins éviter une débâcle...

L'Irlande déprime toujours. Au lendemain d'une Coupe du monde complètement ratée qui l'a vu sortir au premier tour, le XV du Trèfle a débuté son Tournoi 2008 avec une petite victoire contre l'Italie (16-11). Pas de quoi rassurer le peuple vert qui n'a pas encore compris ce qu'il était advenu de la séduisante Irlande du Tournoi 2007. Pas de quoi arranger non plus Eddie O'Sullivan, dont la place est plus que jamais menacée. Le sélectionneur ne sera pas viré en cas de défaite en France mais sa prolongation de contrat accordée avant le Mondial risque d'être caduque dès la fin du Tournoi...

D'un flegme tout britannique, O'Sullivan ne se pose pourtant pas de questions sur son avenir malgré cette pression. "Je ne connais pas d'entraîneur d'équipe nationale qui ne soit pas critiqué. Bien sûr, vous l'êtes plus quand les choses ne vont pas bien. L'important, c'est de continuer à faire son boulot comme avant, de se fier à son instinct et de garder sa ligne de conduite. Nous sommes tous humains. Personne n'aime être critiqué mais cela fait partie du boulot. Le plus important est que cela n'affecte pas votre manière de travailler".

"La France a tellement de talents..."

Et visiblement c'est le cas puisque le XV irlandais n'est que très peu modifié par rapport à l'Italie. Exit le talonneur Rory Best et le 3e ligne Simon Easterby, place à Bernard Jackman, Jamie Heaslip et le trois quarts aile Robert Kearney qui prend numériquement la place de Gordon D'Arcy, blessé dès les premières minutes face aux Transalpins. Trois changements seulement et des réajustements. L'arrivée de Kearney à l'aile gauche fait basculer Andrew Trimble au centre, aux côtés de Brian O'Driscoll, et Geordan Murphy à droite. Celle de Heaslip en n°8 fait glisser Denis Leamy en troisième ligne aile.

Affronter une équipe de France new-look n'obsède pas plus que ça O'Sullivan d'ailleurs. "Ils ont tellement de talents disponibles qu'ils peuvent se permettre de faire ces changements. Cela ne va pas nécessairement affaiblir leur équipe. Je pense que le danger est de trop se concentrer sur ce qu'ils vont faire. Nous devons nous focaliser sur notre équipe et notre jeu. La semaine dernière, nous nous sommes créés des occasions, mais nous ne les avons pas concrétisées". Cette fois, l'erreur ne sera pas permise. Ni pour les joueurs, ni pour lui.