• Header Villepreux
 
"Nalaga fait parler sa culture rugbystique"
30/04/2013 - 17:06

"Nalaga fait parler sa culture rugbystique"

Comment ne pas parler sur cet essai du choix fait par l’ailier clermontois qui eut "l’inconvenante impertinence" d’oublier trois partenaires libres de tout marquage à 10 mètres de la ligne de but.

Cette décision ne manquera pas d’interpeller tous les techniciens. Là où la logique aurait été de poursuivre le mouvement sur l’extérieur, le Fidjien choisit comme il le fait souvent de jouer de manière déconcertante, ce qui peut parfois tout autant surprendre ses adversaires que ses partenaires. On pourrait attribuer ces comportements à du "jeu perso". Il n’en est rien, plus simplement le Fidjien fait parler sa culture rugbystique, celle acquise dans son île  D’ailleurs, on pourrait en dire tout pareillement du jeu de son compatriote Sivivatu. Ce n’est pas mon ami Franck Boivert, actuel Directeur Technique de la Fédération Fidjienne qui me contredira. Il m’écrivait il y a encore peu de temps en évoquant le jeu des joueurs des Iles: "Ce type de capacités vient de leur formation physique et technique. Tout d’abord les appuis: dans un milieu naturel semé d’embûches, leur jeu de jambes se développe magnifiquement car les pieds nus, ils doivent jouer entre corail et sentiers escarpés pour éviter les embûches et pièges de la jungle ou du récif. Le jeu de rugby à toucher auquel tout jeune Fidjien s’adonne tous les jours, (une touche = changement de main) dans un environnement libre et joyeux développe à la fois une motricité optimale et la gestuelle libérée qui va avec. Leurs bras exceptionnellement longs et leurs mains exceptionnellement larges les rendent plus adroits et facilitent le maniement de balle". Rappelons-nous dernièrement un essai de Sivivatu, comment il réussit, derrière un ruck, d’une "main ventouse" à s’emparer à pleine vitesse du ballon au sol pour s’enfuir dans un micro espace entre la touche et le ruck.

Concernant Nalaga, sa réussite sur cet essai est aussi la conséquence d’un superbe mouvement collectif qu’il avait d’ailleurs lui-même initié sur le coté opposé du terrain où il réussit à s’enfoncer radicalement dans la défense adverse. Dans la continuité grâce au jeu des uns et des autres, les initiatives diverses et les avancées successives avaient fini par produire sur la défense un effet optimal, à savoir près de la ligne de but, concentrer dans un espace de jeu restreint pratiquement tous les défenseurs adverses. Ce qui n’est pas si commun dans le rugby actuel où les défenseurs savent très vite se repositionner sur la largeur. Cette fois, dans cette situation, répétons-le, pas coutumière, le jeu contournant avec le surnombre qui allait avec prenait tout son sens. C’est cette option qui fut prise mais une passe mal assurée contraint Fofana à s’adapter. Sa passe lobée pouvait redonner au mouvement collectif la forme déployée qui au départ était recherchée. Très bien jouée, cette passe permit ainsi de battre un dernier adversaire rouge infiltré et de placer le Fidjien en situation idéale pour offrir cet essai au premier de ses trois partenaires parfaitement bien distribués en ligne et à hauteur. Un positionnement parfait qui permettait d’éviter, si la passe avait été faite, un retour improbable pour ne pas dire impossible des défenseurs.

Dans ce jeu situationnel et la dialectique Attaque-Défense qui va avec, la marge d’incertitude et l’ambiguïté concernant le choix du porteur de balle était faible. Faire le pari que Nalaga allait passer le ballon n’était pas la bonne option. Le devenir de la situation demandait davantage pour ces trois défenseurs de s’occuper de Nalaga que des soutiens. En tentant de compenser leur retard par rapport au soutien, ils ouvrirent une porte dans laquelle le Clermontois s’engouffra sans rencontrer de résistance majeure.

Et si Nagala n’avait pas marqué ? Cette faute de jeu aurait-elle été sans conséquence sur le résultat du match ? Difficile à dire. Dans un match aussi serré, le score est déterminant. Il conditionne le jeu à produire. Clermont a pendant une heure parfaitement maitrisé son sujet. Sans doute sans cet essai aurait-il enfoncé le clou en intensifiant sa production offensive, celle du Munster dans cette heure n’ayant pas déstabilisé la ligne défensive des jaunes. Le retour dans les 20 dernières minutes des Irlandais ne pouvant soudainement gommer la richesse supérieure du jeu de leurs adversaires. Mais acceptons que cette offense tactique de Nalaga sans suite sur le résultat final n’aura eu que du bon, et ne permet de préjuger, même si on peut y penser, ce qui se serait passé s’il avait été plaqué !

 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |