• Header Villepreux
 
"Admiratif des réservistes clermontois"
18/04/2013 - 14:28

"Admiratif des réservistes clermontois"



Bien sûr, le choc opposant Toulon à Clermont était particulièrement attendu. J’espérais un match de haut niveau entre premier et second du Top 14, en sachant que dans un tel contexte, on n’est jamais sûr de rien, même quand ce sont les meilleurs du moment qui se rencontrent. Je n’ai pourtant pas été déçu et j’ai été surtout très admiratif des "réservistes" clermontois qui, en fait, n’en étaient pas, puisque le manager Vern Cotter, depuis le début de saison, s’est appuyé sur des collectifs différents. Il faut bien reconnaître qu’avec ou sans les stars, il n’ y a pas de contradiction dans la quantité et la qualité du jeu produit. Accepter le défi de faire jouer quasiment au même niveau deux groupes à priori de niveaux différents relève d’un sacré pari. Personnellement, je l’avais écrit la semaine dernière, une victoire sur Toulon me semblait relever de l’improbable. J’avais tort. La performance de ce collectif méritait mieux qu’un nul, même si on peut estimer que ce résultat équivaut à une victoire.

Vern Cotter et son staff ont su tirer profit des doublons. L’entraineur asémiste a réussi le tour de force de transformer les désagréments du contexte en une force motivante pour tous. Cette politique de participation et non de temps de jeu n’était pas la plus facile à mettre en place, il fallait aussi et avant tout fédérer tous les joueurs derrière le choix d’un jeu ambitieux qui accorde beaucoup de place au jeu de passes. Un rugby que le coach montferrandais a su rendre possible pour tous et pas seulement pour les meilleurs.

L’entraînement, en rugby, c’est de savoir apporter aux joueurs "l’art du possible". Pour cela il faut encore cerner les potentialités disponibles et les aptitudes tant individuelles que collectives à produire ensemble le jeu souhaité et ceci quels que soient les enjeux. Quand on accorde à tous cette opportunité dans un match référence, alors on peut entrer sans crainte dans "l’art de l’impossible" et à Mayol cette équipe n’est pas passée loin.

Au-delà des compositions d’équipe, il transpire un esprit collectif de jeu qui rassure et permet moins de crainte individuelle. En somme, un rugby dans lequel il ne s’agit pas de se défendre mais bien d’y être le meilleur.

Ce rugby ne manque pas d’ambition. Il est manifestement à la disposition de tous. On ne peut accorder, comme c’est le cas, la priorité au jeu à la main sans avoir une distribution autour et dans les espaces plus éloigné de celui-ci en adéquation avec cette ambition sinon il devient difficile de conserver le ballon. Ce sens tactique pour un rugby total tel qu’il est recherché par les Clermontois s’avère être le vecteur et le garant de la réussite actuelle et à venir. On ne sent pas de fragilité dans la mise en œuvre de ce jeu y compris dans les moments difficiles. Là où certains reviendraient sur un jeu réducteur, Clermont persiste et signe et finit le plus souvent par imposer sa force quelles que soient les circonstances.

Un tel discours pourrait laisser croire que Clermont domine totalement son sujet. Justement non, tout n’est pas parfait. De par sa richesse, ce type de jeu n’est jamais achevé. Il s’agira alors d’exploiter cet inachèvement. Ce qui existe actuellement devrait, du moins nous le leur souhaitons, garantir la réussite. Mais le parcours vers l’excellence n’a pas de fin. Les matchs à venir, et déjà celui contre Toulouse, les tireront sans qu’ils en soient vraiment conscients vers cet accomplissement .

 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |