• Header Villepreux
 
"Le potentiel des lignes arrières a été sous-utilisé"
14/03/2013 - 17:08

"Le potentiel des lignes arrières a été sous-utilisé"

La meilleure manière de ne pas avoir mal à la tête avant de rencontrer les Ecossais, c’est bien d’avoir enfin mis un terme à une succession de défaites. Il ne s’agit certes que d’un match nul, mais il sera peut être un facteur mental déterminant pour se présenter samedi prochain au Stade de France avec un état d’esprit différent.

Une défaite aurait amené les Tricolores à percevoir négativement ce dernier match du Tournoi, même si les Ecossais ne font pas spécialement peur. Ce demi résultat ne doit en aucun cas masquer les déficiences françaises mais en partageant les points, on est mieux placé pour avoir envie d’agir. Et si agir doit consister à obtenir le rugby que l’on n’a pas encore vu, alors on attend pour qu’il en soit ainsi une équipe conquérante et entreprenante.

Dans les matchs précédents, les Tricolores nous avaient gratifié de quelques séquences de jeu, qui faisaient émerger un potentiel latent réel. Ce match contre l’Irlande a une nouvelle fois mis en évidence le manque d’appétence pour aller vers un jeu plus ambitieux. L’engagement dans les affrontements (il a été bien présent) ne peut à lui seul tout compenser et résoudre le manque de richesse du jeu. Bien au contraire, on s’est retrouvé face aux insuffisances entraperçues dans les matchs précédents. Je ne souhaite pas rentrer dans la commodité qui consisterait à accepter que le temps irlandais était exécrable et qu’il n’a pas permis de produire un rugby qualitativement supérieur. Le mauvais temps est source de fautes mais le risque dans ces cas-là est toujours partagé par les deux équipes, ce qui devrait être perçu comme une opportunité en terme d’animation du jeu et non comme un frein. Le jeu français est, aujourd’hui, en manque de repères collectifs dans le cadre de principes et références, ceux qui sont commun à tous et garantissent cohérence collective et action individuelle.

Nous avons eu droit à un jeu restrictif, caractérisé par l’utilisation abusive du jeu au pied. Celui-ci n’a jamais permis de créer la pression suffisante pour en faire une arme offensive intéressante et le jeu d’occupation a été trop approximatif pour autoriser d’aller jouer dans le camp adverse.

On peut, du coup, se demander si ce choix était trop stratégiquement calé pour que les Bleus ne sentent pas disponibles pour le faire évoluer vers une autre dynamique. Plus grave, y'a-t-il une incapacité tactique teintée d’anxiété pour oser jouer autrement en utilisant toutes les potentialités offensives de ce collectif ? Et particulièrement celui de lignes arrières, bien délaissées non seulement à l’Aviva stadium mais aussi depuis le début du Tournoi. Il n’est pas utopique de penser que le jeu plus collectif produit en fin de match doit être réalisable dès le coup d’envoi. Les compétences individuelles que l’on attribue logiquement à tous les sélectionnés doivent se transformer en une compétence collective , ce qui ne peut se faire que si on fait le choix d’un rugby total qui n’a de sens que s'il s’exprime tout au long d’un match et pas de temps en temps, ou par hasard. Bien sûr, les résultats négatifs n’y encouragent pas, alors on est bien obligé de se satisfaire de quelques bouts de vrai rugby (ils ont été présents en fin de match et ont permis ce résultat). Le reste du temps, on s’englue dans un jeu lent avec peu de vitesse et on se satisfait d’une mêlée conquérante qu’il faut louer mais qui ne suffit plus pour espérer dans le temps retrouver un rugby à la hauteur des ambitions et désirs du rugby français.

Savoir faire face à un jeu qui se dégrade, c’est d’abord accepter de rentrer dans le beau jeu par le constat du mauvais, sinon, on baigne dans une forme de résignation qui ne peut que desservir.

 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |