• Header Villepreux
 
"Le Racing a du mal à garder une cohérence stratégique et tactique"
15/01/2013 - 17:54

"Le Racing a du mal à garder une cohérence stratégique et tactique"

Globalement, bon parcours des clubs français en H Cup. Clermont, Toulon qualifiés, Toulouse et Montpellier en attente. Pour les autres, pas ou peu d’espoirs d’accéder au graal.

Parlons d’abord de ceux qui auraient pu et n’ont pas su.

On ne peut que regretter l’auto-crucifixion du Racing contre les Saracens. Les Anglais en seconde mi-temps ont su troubler pour ne pas dire embrouiller le rugby parfaitement déroulé par les Ciel et Blanc durant la première période (3 essais). En cause, essentiellement à priori l’indiscipline. Est-ce suffisant pour autant pour que soudainement, le jeu se délite et qu’il perde de sa généreuse dynamique ? Qu’est-ce qui fait que la bonne alchimie d’une période se transforme et que "le dominant devienne le dominé" ? Chercher les raisons dans la seule indiscipline n’est pas recevable. Le Racing, cela s’était aussi vérifié sous l’ère de Pierre Berbizier, a du mal à garder une cohérence stratégique et tactique tout au long d’une saison, il y arrive ponctuellement comme ce fut le cas en Top 14 contre Toulon mais dans la foulée, peut complètement se "rater" tout ou partie d’un match. C’est la contrepartie d’un jeu encore incomplètement en place, pas encore identitaire et forcément pas identifié. Celui d’un collectif trop à la recherche du jeu défensif sur lequel il a eu du mal à se concentrer intelligemment. Il ne fallait, bien sûr, rien céder dans ce domaine. Logique vu le score acquis en première mi temps (25-18), mais il s’agissait que ce choix ne soit pas pour autant un frein pour oser entreprendre comme en première mi-temps. Le défi défensif ne peut pas être dissocier du défi offensif et ce d’autant plus dans ce match que l’objectif tout aussi logique était d’aller chercher le bonus offensif, le sésame pour une éventuelle et future qualification.

Dans le même registre, Castres a perdu un match gagnable même s’il n’est pas aisé de s’imposer à Northampton. Le collectif castrais avait un potentiel. Il l’a montré en début des deux mi-temps. Mais à l’image de Dulin, frileux dans la contre-attaque, ce qui ne correspond pas à son style, les Tarnais rendirent mal au pied des ballons à leurs adversaires qui eux, plus ambitieux, n’ont pas été frileux pour les provoquer chaque fois qu’ils en eurent l’occasion. Le jeu collectif castrais dans ce match a globalement failli.

Notons à cette occasion que la recherche de la fameuse occupation du terrain (jeu au pied long visant le gain de terrain) est souvent stratégiquement parlant "un faux ami". Elle est un frein à la prise d’initiative tant individuelle que collective et souvent, ce jeu n’atteint pas son objectif, à savoir un gain de terrain substantiel et/ou la récupération du ballon. Le ballon botté loin est récupéré par l’adversaire souvent sans difficulté (les touches vite jouées y contribuent efficacement). Il s’en suit, soit une contre-attaque favorable, soit le renvoi du ballon à la case départ. En terme d’efficacité de ce jeu, il convient d’analyser, non pas l’action initiale, mais bien les effets qui en résultent. A savoir vérifier où se finit l’action dans l’échange ou les échanges successifs en jugeant en gain de terrain où et comment se termine le dernier arrêt de jeu. Il n’est pas question de dire qu'il s’agit de tout jouer à la main mais la recherche trop systématisée du jeu dans le camp adverse ne se traduit pas, loin s’en faut, par un avantage évident pour ceux qui l’utilisent trop systématiquement.

Justement, si on parle de ceux qui ont déroulé un parcours exemplaire à la fois dans la H Cup et en Top 14, Toulon et Clermont, il n’est pas inintéressant de voir que ces deux clubs sont ceux qui entreprennent le plus et imposent leur capacité à produire du jeu, et de fait, ne font pas ou moins du jeu au pied d’occupation un facteur stratégique. S’il s’agit bien aujourd’hui de créer d’autres modèles de joueurs qui ont du jeu actuel une autre représentation, ces deux collectifs ont à ce jour un peu d’avance sur leur rivaux.

Dans ce cadre, on peut certainement y connecter Toulouse. Certes, les Rouge et Noir sont actuellement cruellement en manque de jeu en terme de quantité et qualité. Ils vont devoir retrouver les repères utiles qui étaient, il y encore peu de temps, les leurs. Je parle de la juste mise en œuvre de l’activité adaptative qui est nécessaire pour gérer et performer dans la complexité des mouvements collectifs. Ils auront bien sûr besoin de retrouver toutes leurs ressources mentales, techniques et physiques pour affronter Leicester, un dernier obstacle difficile pour accéder à la qualification. Mais pour cette équipe, le potentiel existe, le jeu n’est pas à créer, il a déjà existé. Il convient donc plus simplement de le recréer.

 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |